Les Bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES ACCENTUENT LEURS PERTES À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES ACCENTUENT LEURS PERTES À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes accentuent leurs pertes vendredi à mi-séance et Wall Street devrait ouvrir en baisse au lendemain de la décision de la Réserve fédérale américaine de ne pas relever ses taux d'intérêt en raison de ses inquiétudes sur la situation économique mondiale.

À Paris, le CAC 40 perdait 2,05% (95,27 points) à 4.559,87 points à 12h20. À Francfort, le Dax abandonnait 2,21% et à Londres, le FTSE cédait 0,73%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en recul de 1,48% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 2,20%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de près de 0,5%.

Tout en jugeant que l'économie américaine aurait pu supporter un resserrement monétaire, la Fed a considéré que l'environnement économique mondial, notamment en raison des inquiétudes relatives à la Chine, n'était pas propice à une hausse des taux, qui pourrait néanmoins intervenir avant la fin de l'année.

Par l'incertitude qu'elle maintient quant au calendrier de relèvement des taux et les appréhensions qu'elle confirme sur l'économie mondiale, la Fed produit une double incitation à la prudence chez les investisseurs.

L'absence de relèvement des taux aux Etats-Unis a en outre affaibli le dollar, tombé au plus bas en trois semaines face à un panier de devises de référence, ce qui fait souffrir les secteurs sensibles aux effets de change comme l'automobile, plus fort recul sectoriel (-3,10%).

La persistance d'un contexte de taux bas nuit au secteur bancaire, en baisse de 2,35%.

Tous les indices sectoriels sont dans le rouge, à l'exception de l'immobilier (+0,51%).

Ingenico, qui bondit de 7,39%, signe la plus forte hausse de l'indice européen Stoxx 600, les investisseurs paraissant soulagés par le choix de Worldpay, société britannique spécialisée dans le traitement des paiements, de s'introduire en Bourse plutôt que de se vendre à son concurrent français.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicoti le vendredi 18 sept 2015 à 14:17

    Si un homme tombe dans le vide au bord d'une falaise, ce n'est pas parce qu'on l'a poussé, mais pare qu'il était trop prés du bord. Si les bourse s'effondrent aujourd'hui, ce n'est pas parce que Mme Yellen n'a pas relevé les tx, mais parce que les actions sont survalorisées compte tenu du contexte international, USA, CHINE et RUSSIE dont les médias parlent peu. Jetez un œil sur le Baltic Dry Index