Les Bourses européennes accentuent leurs pertes à la mi-séance

le
1
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE ROUGE À LA MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes accentuent leurs pertes mardi à la mi-séance et Wall Street est attendue en baisse, les craintes que la Fed ne réduise plus tôt que prévu son plan d'achats d'actifs l'emportant sur les anticipations de nouvelles mesures de relance massive de la Banque du Japon.

Aux Etats-Unis, l'indice PMI de l'activité manufacturière publié lundi a nettement rebondi en novembre, pour atteindre son plus haut niveau en 20 mois, ce qui a relancé les craintes d'un ralentissement des rachats d'actifs de la Réserve fédérale dès le mois de janvier, plutôt qu'en mars.

Dans ce contexte, le yen a touché son plus bas niveau en six mois, à 103,38 pour un dollar, et l'or reste près de ses plus bas en cinq mois, à 1.222 dollars l'once, après sa chute de 2,6% lundi.

À Paris, l'indice CAC 40 abandonne 1,66% à 4.214,54 points vers 11h55 GMT. À Francfort, le Dax perd 1,1% et à Londres, le FTSE recule de 0,85%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 se replie de 1,23%, alourdi notamment pas des prises de bénéfice sur les cycliques, même si toutes les valeurs du CAC et de l'EuroStoxx 50 sont dans le rouge.

Les injections massives de liquidités de la Fed ont largement contribué à la hausse de près de 15% des actions européennes depuis le début de l'année.

A Paris, le titre Renault a notamment fait l'objet de prises de bénéfice et recule de 3,85% après avoir progressé de 14% depuis le 5 novembre.

Orange perd 3,25%, plus forte baisse du CAC, après l'annonce par Free (Iliad) de son intention d'inclure la 4G dans son forfait mobile free en maintenant son prix inchangé et sans engagement. Bouygues et Vivendi cèdent également toutes deux plus de 2,3%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,2 à 0,3%.

"L'année est déjà finie depuis plusieurs semaines avec une hausse de 17% et beaucoup d'investisseurs préfèrent se retirer pensant qu'il ne sert pas à grand chose de rester dans un marché qui ne gagnera sans doute pas beaucoup plus d'ici la fin de l'année", souligne un trader parisien. "On risque d'observer quelques ajustements ici ou là mais pas vraiment plus, d'autant qu'aujourd'hui on est dans un marché d'attente avant des annonces de banques centrales", ajoute-t-il.

Après la publication du Livre Beige de la Fed mercredi, les comités de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d'Angleterre se réunissent jeudi.

Sur le marché obligataire, les rendements de la dette portugaise ont accentué leur baisse l'échange par Lisbonne de 6,6 milliards d'euros de dette 2014 et 2015 contre des échéances plus éloignées, ayant suscité une demande soutenue.

Le Brent est retombé sous les 111,50 dollars le baril après sa hausse de la veille à la faveur des bons indicateurs américains et chinois. Juliette Rouillon pour le service français, avec la contribution d'Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le mardi 3 déc 2013 à 14:28

    La trêve de Noël est commencée, l'année est finie...sauf pour ceux qui ont trop gagné...!!!