Les Bourses européennes accentuent leurs gains à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES DANS LE VERT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont accentué leurs gains lundi à la mi-séance, notamment portées par un secteur automobile qui semble profiter de la rechute de l'euro, tandis que Wall Street est attendue en légère hausse à l'ouverture après son bond de plus de 2% vendredi.

À Paris, le CAC 40 prend 1,81% (+85,32 points) à 4.800,11 points vers 12h05 GMT. Le Dax avance de 2,03% à Francfort et le FTSE de 0,48% à Londres. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 gagne 1,43% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 1,80%.

Les principaux indices refont ainsi une partie de terrain perdu la semaine dernière dans le sillage de l'annonce de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui n'ont pas eu l'ampleur attendue.

"Les acteurs du marché ont mal accueilli les dernières mesures d'assouplissement monétaire, ce qui montre le niveau élevé qu'avaient atteint les attentes", a déclaré Mislav Matejka, chargé de la stratégie actions chez JP Morgan Cazenove.

"Nous pensons néanmoins que les marchés actions reprendront pied d'ici le changement d'année, étant donné des facteurs saisonniers favorables, une Chine en voie de stabilisation, une zone euro et une activité américaine robustes. Et la première hausse des taux de la Fed devrait bien être accueillie."

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de quelque 0,2%.

Après avoir gagné près de 3% la semaine dernière face au dollar suite aux annonces de la BCE, l'euro reperd près de 0,7% face au billet vert. Depuis le début de l'année, son repli est de 10,6% après déjà -12% en 2014.

Le dollar, après son accès de faiblesse de jeudi, reprend sa marche en avant, galvanisé par l'annonce, vendredi, d'un nombre de créations d'emplois supérieur aux attentes aux Etats-Unis en novembre, une donnée qui rend quasiment certain le relèvement par la Réserve fédérale de ses taux d'intérêt le 16 décembre à l'issue de sa prochaine réunion de politique monétaire.

Face à un panier de devises internationales, l'indice dollar reprend quelque 0,5%. Par rapport à son dernier cours de 2014, il affiche une progression de 9,5%.

Cette bonne tenue du billet vert pèse sur un cours de pétrole déjà affecté par l'incapacité des pays de l'Opep à se mettre d'accord sur une diminution de leur production malgré la déprime des prix du brut.

L'indice sectoriel énergétique (-1,61%) est le seul compartiment à être dans le rouge vers la mi-séance, les indices immobilier (+2,48%), pharmaceutique (+2,29%) et automobile (+2,25%) affichant les plus fortes hausses.

Du côté des valeurs individuelles, Electrolux plonge de 10,6% après que General Electric a décidé de ne pas vendre sa division électroménager au groupe suédois, prenant ainsi acte de l'opposition du département américain de la Justice à cette opération de 3,3 milliards de dollars (3,0 milliards d'euros) annoncée en septembre 2014.

La progression la plus marquée de l'indice Stoxx 600 est à mettre l'actif du titre Banque nationale de Grèce, qui gagne 8,9% après que la Commission européenne a approuvé vendredi une aide d'Etat de 2,71 milliards d'euros pour la banque grecque.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant