Les Bourses européennes accentuent leur rebond à mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes accentuaient leur rebond jeudi à mi-séance et Wall Street était attendue en légère hausse, dans l'espoir que la Banque centrale européenne et le rapport sur l'emploi aux Etats-Unis de vendredi apaiseront les inquiétudes qui ont entraîné deux semaines de correction, notamment sur les marchés émergents.

Une avalanche de résultats a animé les échanges de la matinée, marquée notamment par l'amélioration des comptes d'Alcatel-Lucent, qui bondit de plus de 13% et soutient le CAC 40.

Certains intervenants s'attendent à ce que le président de la BCE, Mario Draghi, laisse entendre cet après-midi que la banque centrale reste prête à intervenir, ce qui atténuerait l'impact négatif sur les actifs à risque de la réduction des achats d'obligations de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, l'indice CAC 40 progresse de 1,26% à 4.169,51 points vers 13h. À Francfort, le Dax prend 1,2% et à Londres, le FTSE 0,96%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 1,17%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,4% à 0,5%, avant les inscriptions hebdomadaires au chômage.

La tendance est positive aussi sur les marchés émergents, dont l'indice de référence MSCI progresse de 0,7%.

A Paris, Alcatel-Lucent affiche la plus forte hausse du CAC 40, avec un gain de 13,6%. Le groupe a récolté en 2013 les premiers fruits de ses réductions de coûts, du repositionnement de ses activités et de ses cessions d'actifs.

En revanche, Sanofi perd 1,9% après ses résultats et Dassault Systèmes chute de 6,2%, plus forte baisse de l'EuroFirst 300, après avoir annoncé que la chute du yen et l'intégration d'acquisitions devraient entamer sa marge opérationnelle en 2014.

A Amsterdam, AkzoNobel gagne 7,1% après avoir fait état d'un résultat d'exploitation trimestriel légèrement supérieur aux attentes et s'être déclaré en bonne voie pour atteindre ses objectifs 2015.

Volvo, le deuxième constructeur mondial de camions, s'adjuge 4,2% après avoir plus que doublé son plan de suppressions d'emplois pour le porter à 4.400 postes.

De même, Daimler prend 3,9% après l'annonce d'un résultat courant supérieur aux attentes au quatrième trimestre, de nouveaux modèles ayant permis une amélioration des marges de sa filiale Mercedes-Benz.

En revanche, AstraZeneca perd 1,6% après avoir déclaré s'attendre à une nouvelle baisse de ses résultats cette année, la concurrence des génériques pesant sur les profits de ses principaux médicaments.

Sur le marché des changes, le yen, une des valeurs refuges les plus prisées, à des pics de plusieurs mois, reste bien orienté, tandis que l'euro et le dollar évoluent dans des marges étroites en attendant la décision de la BCE.

De son côté la Banque d'Angleterre a laissé, comme prévu, son taux directeur inchangé, ainsi que le montant de ses rachats d'actifs.

Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine espagnole à moyen terme ont touché un plus bas record à l'émission lors d'une adjudication du Trésor de 5,6 milliards d'euros de titres d'échéance 2017 et 2019.

Sur le front du pétrole, le Brent pour livraison en mars progresse encore, au-delà des 106,50 dollars le baril, après avoir touché un plus bas de près de trois mois en début de semaine sur fond d'inquiétude sur la croissance mondiale. Le froid qui continuer de sévir sur une partie des Etats-Unis soutient la tendance.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant