Les Bourses européennes accentuent leur gain à la mi-séance

le
0
Les Bourses européennes accentuent leur gain à la mi-séance
Les Bourses européennes accentuent leur gain à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes et les futures sur indices américains ont accentué leurs gains à mi-séance en réaction à une baisse des taux en Chine, dans un marché soutenu dès l'ouverture par l'espoir de mesures de soutien de l'économie en Europe et aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,82% à 3.083,37 points vers 11h15 GMT. À Francfort, le Dax avance de 1% et à Londres, le FTSE prend 1,3%.

L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 progresse encore de 0,85%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,5 à 0,6%.

Pour l'indice CAC 40, les prochains seuils de résistance importants se situent à 3.095 points, puis à 3.185 points, et à 2.115 points, avant la suivante résistance clé à 2.250 points, pour l'EuroStoxx 50, selon l'analyse graphique d'Aurel BGC,

Les valeurs cycliques et financières sont les premières à profiter du rebond des marchés, les indices automobile (+2,75%), les produits de base (+2,4%) et bancaires (+1,8%) arrivant en tête. Malgré des risques persistants dans le secteur, les banques, qui ont perdu plus de 20% depuis mi-mars et se traitent à 0,58 fois leur valeur comptable selon les données Thomson Reuters, poursuivent leur remontée.

De plus, l'adjudication de dette souveraine espagnole a prouvé que l'Espagne avait encore accès au marché malgré les déclarations du ministre du Trésor du pays en début de semaine, mais à un coût nettement plus élevé et pour des montants modestes.

L'Allemagne et l'Union européenne étudient dans l'urgence les moyens de venir en aide aux banques espagnoles frappées par la crise de la dette, malgré l'absence de requête de la part de Madrid, qui s'oppose à des conditions politiques trop sévères.

Les commentaires mercredi soir de la vice-présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, qui a mis en avant sur les risques que font peser sur la reprise aux Etats-Unis les problèmes persistants dans le logement, la faiblesse du marché de l'emploi et la dégradation des conditions de financement, ont contribué à soutenir la tendance des deux côtés de l'Atlantique.

Les investisseurs attendent le discours du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi et l'audition de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale devant le Congrès.

La Banque d'Angleterre a maintenu son principal taux d'intérêt à 0,5%, ainsi que le montant total de ses rachats d'actifs à 325 milliards de livres.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant