Les Bourses européennes accentuent leur baisse à mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS ACCENTUENT LEUR BAISSE À MI-SÉANCE
LES MARCHÉS EUROPÉENS ACCENTUENT LEUR BAISSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes accentuent leur baisse jeudi à la mi-séance et Wall Street est attendue en repli, la déception provoquée par la statu quo de la Banque du Japon l'emportant sur les effets du report par la Réserve fédérale américaine d'un nouveau relèvement de ses taux directeurs.

À Paris, le CAC 40 cède 1,28% (58,41 points) à 4.500,99 points vers 10h00 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 1,14% et à Londres, le FTSE 0,87%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 1,14% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,7%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de près de 1% dans l'attente de la publication de la première estimation des chiffres de la croissance américaine au premier trimestre.

En Europe, l'indice sectoriel des valeurs bancaires recule de 1,27%, la chute des banques espagnoles BBVA et Caixabank de plus de 8% et de près de 4,7% respectivement après leurs résultats du premier trimestre n'étant pas compensée par le bond de plus de près de 4% de Deutsche Bank qui a fait état d'un bénéfice inattendu sur la période. [L5N17V2CN]

Airbus Group abandonne plus de 6% et affiche la plus forte baisse du CAC 40 après avoir prévenu que les nouveaux problèmes de moteur de son avion de transport militaire A400M pourraient entraîner un impact financier "significatif" sur ses comptes.

Sanofi, qui a annoncé jeudi avoir proposé au groupe pharmaceutique américain Medivation de le racheter pour environ 9,3 milliards de dollars, cède plus de 2%.

En revanche, Hermès prend 1,27%, le marché saluant les bonnes performances de la division maroquinerie du sellier, qui a pourtant ralenti la cadence au premier trimestre et confirmé que sa croissance sur l'ensemble de l'année pourrait être inférieure à son objectif de moyen terme.

Electrolux bondit de 9,3% après avoir annoncé une hausse plus forte que prévu de son bénéfice d'exploitation du premier trimestre grâce au retournement positif de ses opérations en Amérique du Nord et le groupe suédois d'électroménager a relevé ses prévisions annuelles pour les Etats-Unis.

Sur le marché des changes, le dollar accentue son recul, son indice contre un panier de devises cédant 0,67%, pénalisé par le peu d'empressement de la Fed à relever à nouveau ses taux directeurs. L'euro est en hausse de 0,34% contre la devise américaine à 1,1360 dollar.

Le yen s'envole par rapport au dollar et à l'euro, qui cèdent tous deux près de 3% face à la devise japonaise, après le statu quo inattendu de la BoJ.

Les cours du pétrole se stabilisent effaçant leur léger repli initial sur des prises de bénéfices au lendemain de nouveaux plus hauts de l'année.

Soutenus par la faiblesse du dollar et des perturbations dans les approvisionnements, le contrat juin sur le Brent s'échange à 47,16 dollars le baril et celui sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 45,31 dollars le baril.

(Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant