Les Bourses de Londres et Singapour envisageraient une fusion

le
0
LES BOURSES DE LONDRES ET SINGAPOUR ENVISAGERAIENT UNE FUSION
LES BOURSES DE LONDRES ET SINGAPOUR ENVISAGERAIENT UNE FUSION

par Stephen Mangan et Rachel Armstrong

LONDRES/SINGAPOUR (Reuters) - London Stock Exchange Group mène des discussions avec Singapore Exchange en vue d'une possible fusion d'une valeur de 7,2 milliards de livres sterling (9,22 milliards d'euros), rapporte le Daily Telegraph.

Les fusions entre places boursières se sont multipliées ces dernières années, les opérateurs cherchant à réduire leurs coûts et à améliorer leur offre face à la concurrence des plateformes alternatives et des "marchés occultes" ("dark pool") qui mettent en relation des acheteurs et des vendeurs anonymes.

Le directeur général de la Bourse de Londres Xavier Rolet a mené une série de discussions informelles avec son homologue de Singapour Magnus Bocker, écrit le Daily Telegraph dans un article publié jeudi sur son site internet, qui ne précise pas ses sources.

"Il y aurait des synergies en cas d'acquisition ou de fusion car les deux bourses fonctionnent dans des zones horaires différentes", commente Leng Seng Choon, analyste chez DMG & Partners Securities. "Elles ont récemment conclu un accord de trading transfrontalier qui suggère qu'elles sont en bons termes."

Une fusion laisserait les deux places financières derrière NYSE Euronext et Nasdaq OMX en nombre de transactions, mais surtout une OPA sur la plus ancienne bourse européenne risque de se heurter à une forte opposition politique et réglementaire.

RACHAT DU LSE?

Bien que la structure d'une éventuelle fusion n'ait pas été spécifiée, le quotidien britannique semble penser que la Bourse de Singapour rachèterait celle de Londres en raison de sa plus grande capitalisation boursière.

"Les deux conseils d'administration seront excessivement prudents quelle que soit la proposition compte tenu des échecs passés", estime une source proche de SGX. "Ce n'est pas infaisable mais tout accord se heurtera à de nombreux obstacles réglementaires."

Une porte-parole de SGX a indiqué que l'opérateur ne commentait pas des informations de presse, tandis que LSE n'était pas disponible dans l'immédiat.

Les discussions, qui n'en sont qu'au stade préliminaire, se concentrent sur les avantages que pourraient retirer les deux opérateurs d'une fusion, dans un contexte de consolidation du secteur, écrit le Daily Telegraph.

"La seule logique stratégique que je peux voir à une telle opération est qu'elle permettrait d'offrir des dérivés sur une plateforme d'échange de futures fonctionnant 24 heures sur 24", souligne Arjan van Veen, analyste chez Credit Suisse.

"Il y a d'autres avantages possibles, comme des synergies informatiques, mais ils seraient assez faibles."

Des sources bancaires citées par le journal britannique précisent qu'un accord est loin d'être conclu, mais selon le Telegraph, des rumeurs de marchés valorisent la transaction autour de 13,50 livres par action LSE Group, soit une prime de 32% par rapport à son cours de clôture jeudi.

Sur la base de la clôture de jeudi, SGX a une capitalisation de 5,7 milliards de dollars (4,65 milliards d'euros) et LSE de 4,2 milliards (3,42 milliards d'euros).

Tangi Salaün pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant