Les Bourses de la zone euro clôturent en baisse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en dans le rouge jeudi, à l'exception de Londres, la nervosité qui prévalait avant la décision de la Réserve fédérale américaine sur d'éventuelles mesures de soutien à l'économie s'étant accentuée après des informations de presse évoquant un possible troisième plan de sauvetage pour la Grèce.

Le CAC 40 parisien et le Dax allemand ont creusé leurs pertes après que Dow Jones a cité un responsable du Fonds monétaire international (FMI) selon lequel Athènes devrait solliciter une nouvelle aide.

Cette information a par la suite été démentie par le ministre grec des Finances comme par le FMI et le Dax s'est ressaisi pour finir en baisse de -0,45%. A Paris, le CAC a terminé en recul plus net de -1,18% à 3.502,09 points. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 n'a cédé qu'un petit -0,16%.

Moins sensible aux affres de la zone euro, le Footsie britannique a signé une progression de 0,65%, faisant preuve d'optimisme sur l'épilogue de la réunion mensuelle de la Réserve fédérale, dont la décision est attendue dans la soirée.

Sur le front des valeurs, la possible fusion entre EADS (-10,20%) et BAE Systems (-7,29%) a continué à peser sur les marchés.

Ce rapprochement, accueilli avec prudence à Paris comme à Berlin, pourrait marquer le début d'une révolution pour le secteur de l'armement et de l'aéronautique, qui lorgne de plus en plus vers les marchés civils pour compenser la baisse des budgets de la défense.

Sur le marché des changes, l'euro a traversé un trou d'air après les informations sur un éventuel troisième plan d'aide pour la Grèce, mais il a ensuite repris sa marche en avant face à un billet vert fragilisé par la perspective de nouvel assouplissement monétaire aux Etats-Unis. La monnaie unique s'échangeait contre 1,2908 dollar à 17h45, non loin de son plus haut du jour (1,2931).

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund ont joué leur rôle de valeur refuge après les rumeurs sur la Grèce, gagnant 80 "ticks" à 140,41 pour effacer leurs pertes du jour précédent.

Les cours du pétrole continuent à bénéficier de l'espoir de mesures de relance aux Etats-Unis et des tensions au Proche-Orient provoquées par un film anti-musulman. Le Brent de mer du Nord et le WTI texan gagnent tous les deux plus de un dollar par baril à respectivement 116,60 et 97,20 dollars.

Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant