Les Bourses chinoises rechutent, ravivant les craintes sur le yuan

le
0

HONG KONG, 18 août (Reuters) - Les marchés actions chinois ont replongé mardi de plus de 6% et le yuan a reflué face au dollar, ravivant les inquiétudes sur une éventuelle volonté de Pékin d'accentuer la dépréciation de la monnaie chinoise en dépit des affirmations de la banque centrale écartant une telle perspective. Après trois séances consécutives de hausse, l'indice composite de la Bourse de Shanghai .SSEC a clôturé en recul de 6,1% à 3.749,12 points, sa plus forte baisse sur une séance depuis le 27 juillet. L'indice CSI300 .CSI300 des principales sociétés cotées sur les Bourses de Shanghai et de Shenzhen a chuté de 6,2%, à 3.825,41 points. Selon des traders, ce recul a notamment été entretenu par des prises de bénéfices d'investisseurs craignant une accentuation de la fuite des capitaux avec le ralentissement de l'économie chinoise et un allègement du soutien massif des autorités aux marchés boursiers. Alors que la Banque populaire de Chine (BPC) avait légèrement relevé le cours pivot du yuan CNY=PBOC , la devise chinoise a reculé face au dollar. Les traders s'attendent à ce que le ralentissement de l'économie chinoise maintienne une pression baissière sur la devise locale. La banque centrale chinoise a dévalué le yuan de près de 2% la semaine dernière, faisant redouter à certains investisseurs la relance d'une "guerre des monnaies". ID:nL5N10M1SK Elle a ensuite dû intervenir sur le marché et appeler les banques publiques à soutenir le yuan. La BPC a procédé mardi matin à une injection de liquidités sur les marchés monétaires, la plus importante en six mois, ce qui a entretenu les craintes sur un resserrement des liquidités, avec l'augmentation des flux sortant de capitaux. Selon Minsheng Securities, les investisseurs ont retiré environ 800 milliards de yuans (113 milliards d'euros) du pays sur les seuls mois de juillet et d'août. La perspective d'un fléchissement du soutien apporté par les autorités aux marchés actions constitue un autre motif d'inquiétude. L'autorité chinoise de régulation des marchés boursiers, la CSRC, a annoncé vendredi dernier que le gouvernement laisserait les forces du marché jouer un plus grand rôle dans la détermination des prix des actions. Il s'agit du premier signe officiel suggérant un moindre soutien apporté aux marchés boursiers via des institutions financières liées à l'Etat. Selon un trader dans une société de courtage à Shanghai, "comme le moral est fragile depuis le mouvement de chute entamé en juin, les gens pensent que le marché ne peut pas maintenir les cours actuels des actions seul, sans intervention de l'Etat." (Donny Kwok et Jianxin Lu; Myriam Rivet pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant