Les Bourse européennes perdent du terrain à la mi-séance

le
0
LES MARCHÉS EUROPÉENS ORIENTÉES À LA BAISSE À LA MI-JOURNÉE
LES MARCHÉS EUROPÉENS ORIENTÉES À LA BAISSE À LA MI-JOURNÉE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes perdent toujours un peu de terrain vendredi à mi-séance, après quatre séances de hausse d'affilée.

Toutefois, malgré cette modeste consolidation, les grands indices européens, pas loin de leurs plus hauts d'un mois, sont bien partis pour afficher une bonne performance hebdomadaire.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,5% à 3.517,38 points vers 11h GMT. À Francfort, le Dax cède 0,52% et à Londres, le FTSE recule de 0,28%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 abandonne 0,76%, tiré par les valeurs bancaires (-1,4%).

"Les marchés boursiers européens ne se portent si mal. Les échéances de la semaine, entre publications de résultats et sommet européen, au cours duquel les dirigeants politiques doivent ressortir le bleu de chauffe pour statuer sur la crise de la dette, ne semblent pas altérer la relative sérénité des indices", commente Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France.

Carrefour avance de plus de 6% contre la tendance, plus forte hausse du CAC 40, après avoir annoncé la cession de ses activités colombiennes au groupe chilien Cencosud pour deux milliards d'euros, une somme nettement supérieure aux attentes.

Sur le marché obligataire, les futures sur Bund allemand sont relativement stables, mais les rendements italien et espagnol à 10 ans poursuivent leur baisse en raison de la forte demande suscitée par des émissions d'obligations italiennes et espagnoles la veille. Le rendement du papier à 10 ans espagnol est retombé à son niveau d'il y a six mois et demi et celui des obligations à 10 ans italiennes à son plus bas de plus de sept mois.

L'euro continue à évoluer en deçà d'un pic d'un mois touché cette semaine contre le dollar, dans l'attente d'un nouveau catalyseur pour éprouver à nouveau ses sommets du mois dernier à 1,3173 dollar, tandis que le yen évolue autour d'un plus bas de deux mois face au dollar, les cambistes pariant sur un nouveau geste monétaire de la part de la Banque du Japon.

Le Brent rebondit vers les 113 dollars le baril, tout en restant bien parti pour sa troisième perte hebdomadaire en cinq semaines. Selon les analystes, le marché se fait moins de souci pour l'approvisionnement en perspective d'une reprise imminente de la production du principal gisement britannique, alors que les perspectives de demande restent faibles.

"Nous avons suffisamment d'offre. A moins d'un choc géopolitique ou économique, le marché va probablement rester orienté en baisse ce mois-ci", selon Jeremy Friesen, stratège à la Société Générale à Hong Kong, qui voit le Brent se traiter autour de 110 à 115 dollars ce trimestre.

Le brut léger américain reste pour sa part au-dessus de 92 dollars le baril, bénéficiant de la fermeture depuis trois jours d'un oléoduc canadien transportant du brut aux Etats-Unis.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant