Les Bourse européennes en repli à la mi-séance

le
0
LES BOURSES EUROPÉENNES BAISSENT À LA MI-SÉANCE
LES BOURSES EUROPÉENNES BAISSENT À LA MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes cèdent du terrain à mi-séance mercredi, comme les futures à Wall Street, sous le coup de résultats décevants et d'inquiétudes sur le secteur bancaire qui entraînent des prises de bénéfice après neuf séances de hausse.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300, monté mardi à un nouveau plus haut de cinq ans, recule de 0,68% à 10h05 GMT et l'EuroStoxx 50 cède 0,92%.

À Paris, le CAC 40 retombe de 33,84 points ou 0,79% à 4.261,59 après avoir momentanément franchi mardi la barre des 4.300. Le Footsie cède 0,45% à Londres et le Dax 0,39% à Francfort.

A ce stade, les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,5% à 0,6%.

Tous les secteurs sont orientés à la baisse en Europe et les banques se signalent par un recul de 1,9%, affectées à la fois par la décision de la BCE d'appliquer des critères plus stricts pour évaluer la santé des banques sous sa prochaine supervision et par des informations faisant état d'une hausse inquiétante des créances douteuses en Chine.

"Le critère pour le ratio de fonds propres Tier One sera de 8%, c'est plus que prévu et cela pourrait poser des difficultés à des banques moyennes, notamment dans la périphérie", juge Michael Symonds, analyste crédit chez Daiwa Capital Markets. Au sein de l'indice sectoriel, des banques espagnoles et italiennes de second rang sont d'ailleurs en tête des baisses.

Le mouvement de prises de bénéfice est également favorisé par des résultats décevants ou des prévisions inférieures aux attentes de plusieurs grands noms de la cote comme STMicroelectronics (-6,8%), plus forte baisse de l'EuroFirst 300, Heineken (-5%) ou encore Orange (-4,8%) qui accuse la plus mauvaise performance de l'EuroStoxx 50 devant les banques espagnoles BBVA (-2,75%) et Banco Santander (-2,55%).

Norsk Hydro (+5,9%), meilleure performance de l'EuroFirst 300, Bic (+5,6%) et PSA Peugeot Citroën (+3,65%) profitent en revanche de leurs publications.

Sur le marché des changes, le dollar, en recul d'environ 0,9% face au yen et de 0,15% contre l'euro, reste sous pression après les chiffres décevants de l'emploi aux Etats-Unis mardi qui semblent exclure un début de normalisation de la politique monétaire de la Réserve fédérale avant 2014.

Les stratèges de Barclays s'attendent à présent à ce que la Fed attende mars 2014, au lieu de décembre prochain, pour commencer à réduire ses rachats d'actifs, une opinion désormais partagée par nombre d'intervenants sur les marchés.

Cette perspective plombe le dollar mais continue à l'inverse de profiter aux marchés obligataires, avec le future du Bund qui poursuit sa hausse et le rendement du 10 ans américain qui est passé sous les 2,5%.

Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant