Les bornes de changes de bitcoins à la conquête du monde

le
0
Les bornes de changes de bitcoins à la conquête du monde
Les bornes de changes de bitcoins à la conquête du monde

(AFP) - Elles existent en Amérique du Nord et en Europe et devraient bientôt conquérir d'autres continents : les bornes de changes de bitcoins, une monnaie virtuelle, partent à l'assaut du monde, malgré les réserves de certains qui s'inquiètent de la faible traçabilité du bitcoin.A première vue, la borne ressemble à n'importe quel distributeur de monnaie. Sauf qu'ici, les utilisateurs n'ont pas de carte bancaire et s'identifient avec la paume de leur main.

A la borne, les aficionados peuvent soit créditer leur compte en bitcoins, une monnaie qui n'existe que virtuellement, ou, à l'inverse, retirer de la monnaie sonnante et trébuchante en débitant leur compte.

Et la sauce semble prendre : la valeur du bitcoin a beau fluctuer dans les grandes largeurs -- de 1.200 dollars il est passé à environ 600 dollars ces dernières semaines -- il connaît un succès grandissant.

Le mois dernier, un Robocoin, borne conçue par une société américaine, a été inauguré à Vancouver au Canada. D'autres exemplaires devraient suivre à Austin, au Texas, et à Seattle, dans l'Etat de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis.

"Nous avons affranchi les gens qui souhaitent vendre et acheter des bitcoins des barrières qui existaient", se réjouit Jordan Kelley, le patron de Robocoin, lors d'une interview accordée à l'AFP. M. Kelley refuse toutefois de dire combien de bornes lui ont été commandées.

Il est vrai que ce marché naissant suscite bien des convoitises.

Mardi, la société Lamassu Bitcoin Ventures a inauguré sa propre borne d'échange dans une cave à cigares du Nouveau-Mexique, au sud-ouest des Etats-Unis, après d'autres inaugurations en Australie, à Helsinki, Berlin, Bratislava et Vancouver.

-"Visibilité et traçabilité complètes"-

Reste l'épineuse question de l'origine des fonds qui transitent par ces bornes.

Trafic de drogues ou d'armes, blanchiment d'argent, les soupçons pèsent sur le bitcoin. Début octobre, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant