Les «bonus-malus» du foot européen

le
0
De plus en plus de joueurs ont dans leur contrat, des clauses financières indexées sur leur comportement, en dehors et sur le terrain. Deux buts : améliorer l'image du foot professionnel et jouer sur la masse salariale des clubs.

En football, tout se paie. C'est le constat qu'a fait la semaine dernière Domagoj Vida, joueur du Dinamo Zagreb, sanctionné de 100.000 euros d'amende pour avoir bu une bière dans le bus de son équipe avant un match. Une triste mésaventure expérimentée avant lui par son coéquipier Jorge Sammir Campos, qui pour avoir fait la fête avant un match de barrage de la Ligue des Champions, a de son côté écopé de 270.000 euros d'amende... Des sommes colossales, en tout cas au regard de comportements facilement admis chez d'autres citoyens.

Ces pratiques sont pourtant devenues courantes, dans un monde du football professionnel qui s'irrite des dérives de ses joueurs. En France, les commentaires sur les comportements des stars du ballon rond lors des dernières grandes compétitions internationales (Mondial 2010 et Euro 2012) ont surpassé de loin le côté purement sportif. Conséquence: des clubs choisissent d'inciter financièrement leurs joueurs à un comportement plus lisse.

C...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant