Les bons comptes de PSA font les bons comptes de l'Etat

le
5
Les bons comptes de PSA font les bons comptes de l'Etat
Les bons comptes de PSA font les bons comptes de l'Etat

Retour vers le futur pour PSA. Le constructeur automobile réintègrera à partir du lundi 23 mars le CAC 40, l'équivalent, en matière de Bourse, du Championnat du monde de Formule 1. Un club très sélect que l'entreprise, embourbée dans la crise de l'industrie automobile et surendettée, avait quitté en septembre 2012. Annoncé par Euronext hier, le gérant de la place de Paris, ce retour parmi la liste des plus grosses capitalisations boursières est une bonne nouvelle pour les actionnaires, dont... l'Etat.

En effet, les pouvoirs publics ont mis la main à la poche ces derniers mois pour permettre à la famille Peugeot de sauver un groupe employant 80 000 salariés en France. Plus précisément, l'Etat est entré au capital de PSA en avril dernier. Montant de l'investissement : 800 M¤. Selon nos informations, grâce à la hausse du cours de Bourse, la participation de l'Etat vaut désormais... 1,7 Md¤. Soit, en moins d'un an, un doublement de l'investissement initial ! De quoi rassurer les Cassandre qui, l'an dernier, s'inquiétaient d'un placement potentiellement ruineux pour les caisses publiques. Serait-ce donc le moment pour l'Etat actionnaire de vendre ses actions et d'empocher le jackpot ?

« L'Etat ne réfléchit pas de cette manière. Les pouvoirs publics n'ont pas investi dans PSA uniquement pour faire une plus-value », explique une source proche du dossier. En effet, le gouvernement avait choisi d'acheter 14 % du capital de Peugeot l'année dernière pour faire jeu égal avec Dongfeng, l'autre nouvel actionnaire. Et, ainsi, ne pas laisser seule la famille Peugeot face à l'appétit du constructeur automobile chinois.

« Vendre les actions aujourd'hui pour enregistrer un bénéfice ne correspond pas à la stratégie initiale de l'Etat », analyse cette même source. Quitte à prendre le risque de voir l'action de PSA éventuellement, demain ou après-demain, redescendre...

« La valeur ne va pas forcément continuer son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rizzo14 le samedi 7 mar 2015 à 09:25

    Comme quoi les fonds de l'Etat ne sont pas si mal gérés. ..

  • berco51 le samedi 7 mar 2015 à 09:21

    Ce ne sera pas suffisant put combler le trou Areva

  • virot123 le samedi 7 mar 2015 à 08:41

    si les salariés licenciés avaient placé une partie de leurs primes dans des actions Peugeot ils auraient triplé leur mise ! l'action valait 5 euros au plus fort de la crise contre 16 h hier ! mais ce n'est pas la volonté des syndicats qui ont constamment lutté contre l’actionnariat salarié.

  • belka79 le samedi 7 mar 2015 à 08:41

    Merci monsieur Montebourg. Lui que tout le monde raillait sur certains dossiers, il est une grande perte pour la France.

  • olivie91 le samedi 7 mar 2015 à 07:28

    L état découvre qu' en gérant on gagne de l'argent. Ils devraient y réfléchir pour les retraites.Faut pb ils ont qu' à vendire en bloc un partenaire français solide. Ça servirait pour areva et ferait remonter edf. Ça ferait un peu baisser Peugeot et très bon avant l entrée dans le CAS 40.Avant de remonter pour enrichir (ce n est pas un gros mot) le système. Autre chose svp Mr Hollande supprimer l usine à gaz de déclaration de plus values. Ça limite énormément pour réinvestir dans l économie.