Les bonnes raisons de s'intéresser à la Coupe d'Asie

le
0
Les bonnes raisons de s'intéresser à la Coupe d'Asie
Les bonnes raisons de s'intéresser à la Coupe d'Asie

La Coupe d'Asie des nations 2015 débute ce vendredi en Australie, avec le Japon en tenant du titre revanchard, un hôte motivé, des Sud-Coréens dangereux comme d'habitude, des pays du Golfe aux objectifs bien différents et pas mal d'autres bonnes raisons de suivre cette compétition aux antipodes.

  • Parce que Japonais et Sud-Coréens doivent se racheter En juin dernier au Brésil, les traditionnels représentants asiatiques à la Coupe du monde se sont méchamment plantés. Le bilan des deux nations phares du continent a été similaire et franchement navrant : un nul, deux défaites et une dernière place pour le Japon dans un groupe C ouvert (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire) ; un nul, deux défaites et aussi une dernière place pour la Corée du Sud dans un groupe H encore plus ouvert (Belgique, Algérie, Russie). Pire encore que le bilan comptable, il y a l'impression laissée dans le jeu qui a de quoi interloquer, avec de grosses lacunes tactiques et un manque d'impact physique évident, alors que ces deux sélections semblaient pourtant en progrès lors des tournois précédents. Cette Coupe d'Asie 2015, avec le Japon tenant du titre, arrive vite et bien pour chasser cette mauvaise impression et repartir de l'avant, avec 2018 désormais à l'esprit. Deux nouveaux sélectionneurs sont arrivés : le Mexicain Javier Aguirre pour le Japon et l'Allemand Uli Stielike pour la Corée du Sud.

  • Parce que l'Australie veut déflorer son palmarès en Asie Cette Coupe d'Asie 2015 va se dérouler géographiquement hors du continent, puisque c'est l'Australie qui organise la compétition pour la première fois. Les Socceroos ont intégré la Confédération asiatique de football il y a dix ans pour gagner en compétitivité, alors qu'ils dominaient sans partage ni vraie concurrence la zone Océanie. Et de fait, la sélection australienne réussit aujourd'hui à figurer parmi les nations qui comptent - parfois - sur la planète foot. Finaliste de la Coupe d'Asie 2011 organisée au Qatar (défaite 0-1 face au Japon), elle compte bien cette fois l'emporter en profitant du fait qu'elle évolue à domicile, avec une des sélections les plus internationales des seize nations engagées : seuls 7 joueurs retenus par le coach Ange Postecoglou évoluent en A-League, le championnat local.

  • Parce que la Chine doit s'éveiller, enfin " Quand la Chine s'éveillera " La désormais première nation économique mondiale domine dans à peu près tous les domaines, sauf en ce qui concerne le sport roi. Ce n'est pas faute d'essayer pourtant, mais rien n'y fait, ça ne veut pas. En 2002, elle avait profité du...





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant