Les bonnes questions de la semaine européenne

le
0
Les bonnes questions de la semaine européenne
Les bonnes questions de la semaine européenne

Lyon qui se fait rentrer dedans, Guardiola qui se fait accrocher à Glasgow, le PSG qui prend des coups mais qui s'en sort à Razgrad, les clubs français qui ne savent pas trop où ils vont en Ligue Europa. La semaine européenne a encore laissé quelques interrogations derrière elle. Entre convictions et un peu de toux.

Antoine Griezmann est-il le patron du challenge Téléfoot ?


"Antoine Griezmann, 25 ans, attaquant ". Voilà, en substance, ce que pourrait dire le serial buteur de l'Atlético de Madrid avant de tirer un pénalty lors d'un gros match de Ligue des Champions. A l'origine du but de Yannick Ferreira-Carrasco, toujours aussi malin dans le jeu et intraitable dans son travail défensif, le meilleur buteur de l'Euro 2016 a cependant envoyé un pénalty sur la barre de Manuel Neuer au moment de faire le break. Le deuxième consécutif sur le montant en Ligue des Champions après celui, plus problématique, qui s'est écrasé sur la transversale de Keylor Navas le 28 mai dernier à Milan, lors de la finale de la Ligue des Champions. Oui, "Grizi" est un pro de la barre. Pourtant, à cause des centres de formation français qui ont décidé de le recaler, l'Hexagone n'a jamais pu se délecter du talent de son meilleur footballeur à l'exercice qui a rythmé les dimanches matins de beaucoup de gosses : le challenge Téléfoot. En attendant que TF1 se démerde pour réctifier le tir, c'est Sylvain Monsoreau, vainqueur avec l'AS Monaco qui garde le statut moral de patron du challenge Téléfoot. Griezmann lui, se consolera avec le titre de patron du foot français. C'est déjà pas mal.


Que faut-il faire de Thiago Motta ?


L'Algérie a Bouteflika, Cuba a Castro, Paris a Motta. A chacun son petit vieux un peu gênant dont on ne sait plus vraiment quoi faire à part le montrer à la face du monde pour prouver qu'il est en vie. Sympa, Unai Emery a tenu à ce que l'Europe vérifie que Thiago Motta était bien dans la forme de sa fin. Après une entrée en jeu catastrophique face à Toulouse, l'Italo-brésilien a récidivé en qualité de titulaire cette fois, sur la pelouse de Sofia. Peu inspiré face à Ludogorets, il a prouvé que quand le physique ne suit plus, la tête peut parfois fonctionner, en concédant un pénalty avec un improbable tacle de la caboche. Deux solutions s'offrent donc à Nasser Al-Khelaïfi : la maison de retraite ou l'aide à domicile. Homme de coeur et de famille, Nasser devrait opter pour la seconde solution. Une bonne idée de TIG pour Serge Aurier, en somme.








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant