Les boîtes noires, l'arme controversée du renseignement

le
0
Les boîtes noires, l'arme controversée du renseignement
Les boîtes noires, l'arme controversée du renseignement

Inefficaces, permettant la surveillance de masse ? Ou bien indispensables et garantes des libertés individuelles ? Les "boîtes noires" que le gouvernement souhaite installer pour surveiller internet suscitent de nombreuses interrogations quant à leur fonctionnement et leur réelle efficacité."C'était dès le départ le point le plus sensible du projet de loi sur le renseignement. Et malgré les ajustements effectués lors des discussions à l'Assemblée nationale, il l'est toujours", résume une source policière proche des services de renseignements.L'appellation de "boites noires" a été créée par les opposants à cet outil. Il s'agit en fait d'un algorithme, un programme informatique capable de détecter une suite d'opérations définies, pouvant déceler une suite de comportements sur internet, comme des mots clés tapés, des sites consultés, des correspondances. "C'est un chemin logique qui va dresser un profil", selon un informaticien qui a souhaité garder l'anonymat.Des algorithmes dits commerciaux sont fréquemment utilisés sur internet: lorsque quelqu'un recherche par exemple une commode sur différents sites de vente en ligne, ses opérations sont enregistrées et "c'est pour cela que vous voyez apparaître des pubs pour des commodes deux jours plus tard alors que vous consultez un site de voyages", explique cet informaticien.L'une des principales difficultés pour la création d'un algorithme dans le cadre du projet de loi sur le renseignement va consister à déterminer cette suite de comportements qu'un potentiel terroriste est censé adopter. "Cela semble déjà compliqué, car cela présuppose qu'un terroriste va adopter un comportement type, or ce n'est pas forcément évident", explique perplexe un haut-fonctionnaire souhaitant garder l'anonymat. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve en semble lui convaincu, assurant que "des individus engagés dans des opérations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant