Les boissons light seront également taxées

le
1
Les députés ont adopté ce vendredi une taxe doublée sur les sodas. Contre l'avis du gouvernement, la mesure a été étendue aux boissons avec édulcorants.

Les boissons light seront finalement taxées. Les parlementaires ont adopté ce vendredi le principe d'une taxe sur les sodas doublée et étendue, contre l'avis du gouvernement, aux boissons avec édulcorants.

De deux centimes par cannette de 33 centilitres, selon les calculs du rapporteur général de la commission des Finances, le député UMP Gilles Carrez, cette mesure devrait rapporter 280 millions d'euros, au lieu des 120 millions d'euros initialement envisagés lors de l'annonce de la mesure par François Fillon, le 24 août dernier. La taxation des boissons light devrait à elle seule générer 40 millions d'euros.

Un texte «juridiquement fragile»

Si le gouvernement était favorable au doublement de la taxe, pour financer une baisse du coût du travail agricole, il était fermement opposé à son extension aux boissons avec édulcorants. Aujourd'hui encore, la ministre du Budget, Valérie Pécresse, avait exhorté les députés à «ne pas faire perdre sa cohérence» à la mesure et à ne pas «brouiller» le message de santé publique. Au regard de la lutte contre l'obésité, taxer les boissons lights et les boissons sucrées, «ce n'est pas la même chose», avait un peu plus tôt fait remarquer le ministre de la Santé Xavier Bertrand.

Valérie Pécresse avait également laissé entendre qu'une mesure sur les boissons light serait juridiquement fragile, et pourrait être retoquée par le Conseil Constitutionnel. Afin de ne pas mettre en danger l'ensemble de la taxe, les parlementaires ont accepté la création deux taxes distinctes. Sur le fond, ils ont cependant fait fi de l'opposition du gouvernement, comme de l'intense lobbying des industriels du secteur.

Aussitôt après le vote, le syndicat national des boissons rafraîchissantes (SNBR) a qualifié d'«inacceptables» ces deux taxes, qui «stigmatisent l'industrie des boissons rafraîchissantes sans alcool». Et prévenu que le consommateur pourrait lui aussi en pâtir : pour une bouteille de 1,5 litre, l'augmentation du prix de vente pourrait aller jusqu'à 20%, assure le syndicat.

(Avec AFP)

LIRE AUSSI :

» Les nouvelles mesures anti-déficit votées à l'Assemblée

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • magou5 le vendredi 21 oct 2011 à 12:40

    heureusement le light est plus dangereux que le non light alors c'est normal... n'oublions pas que c'est Monsanto fabricant du napalm, du roundup de la plupart des plantes OGM qui a inventé l'aspartame...