Les Bleus ont bouffé les Bulgares

le
0
Les Bleus ont bouffé les Bulgares
Les Bleus ont bouffé les Bulgares

Malgré un but rapide pour la Bulgarie, l'équipe de France s'est rassurée ce vendredi avec une nette victoire 4-1 pour son second match de qualification pour le Mondial 2018 en Russie. La préparation idéale pour le déplacement aux Pays-Bas, avec un duo Griezmann-Gameiro qui a fonctionné comme à l'Atlético Madrid.

France 4-1 Bulgarie

Buts : Gameiro (23e et 59e), Payet (26e) et Griezmann (38e) pour la France // Aleksandrov (6e sp) pour la Bulgarie

Près de trois mois après la finale de l'Euro, l'équipe de France a réussi son retour à la maison. Un clapping à un quart d'heure du coup d'envoi pour se souvenir qu'on a taulé l'Islande en quart et l'Allemagne en demies. Pas de mention à la frappe d'Eder, normal, et une compo des Bleus accompagnées de petites vidéos des joueurs, briefés pour sourire et pointer l'écusson national. Même la dramaturgie a été pensée : un but de l'ennemi à la 5e, pour le suspense, puis une mise à mort méticuleuse. Gameiro, Payet, Griezmann en premier acte, un deuxième pion du nouveau numéro 9 en seconde. Aucune raison de repenser à novembre 1993, la Bulgarie ayant été un adversaire trop faible, à l'image d'un Georgi Kostadinov totalement inoffensif, contrairement à son homonyme Emil 23 ans plus tôt. A retenir du match finalement, c'est que la France a un duo d'attaque qui marche et quatre points au compteur. Et va donc aller aux Pays-Bas sans casseroles aux fesses.

De la douche froide à la olà


On a passé un sale quart d'heure. Le premier pour être précis, avec d'entrée de jeu une remise de la tête foirée d'Antoine Griezmann et une première alerte pour les Bleus. A la seconde, Bacary Sagna s'est emmêlé les pinceaux face à Georgi Milanov, problème, il était en pleine surface. Penalty pour la Bulgarie dès la cinquième minute et tir poteau rentrant de Mihail Aleksandrov sous les huées du Stade de France. Un France-Irlande revisité, et des Français qui ont besoin de quelques minutes pour se remettre les idées en place. Actif par ses appels mais peu trouvé par ses milieux, Kévin Gameiro est rattrapé in-extremis par Dimitar Pirgov (9e) face au but. Une première vraie opportunité pour une équipe de France qui peine à trouver ses deux attaquants. Les hommes de Didier Deschamps sont fébriles défensivement, les Bulgares le sentent et partent aussi souvent que possible balle au pied, histoire dans l'idéal d'avoir un penalty en rab. Côté français, il n'y a pas assez de créativité, trop de déchet, et parfois des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant