Les Bleus et l'ouverture du bal

le
0
Les Bleus et l'ouverture du bal
Les Bleus et l'ouverture du bal

France-Roumanie, c'est ce soir. Voilà six mois que Didier Deschamps connaît la date de l'ouverture du bal. Dans l'histoire récente des Bleus, la première danse n'a pourtant jamais été une balade de santé.

1960, l'autre match du siècle


Le premier Championnat d'Europe, organisé en 1960, prévoit une formule bien différente que celle que nous connaissons aujourd'hui. Des huitièmes et des quarts de finale considérés comme des éliminatoires, et une phase finale avec seulement quatre pays. Après avoir sorti la Grèce et l'Autriche, la France se présente donc à l'Euro 60 (qu'elle organise) en tant que favorite. Il faut dire qu'avec le trio Kopa-Fontaine-Vincent, et cette troisième place au Mondial 58, il y a de quoi rêver. La demi-finale se joue contre la Yougoslavie, au Parc des Princes. Un match complètement dingue, version 1.0 du Italie-RFA de 1970. Les Yougos ouvrent le score très tôt, mais Vincent égalise une minute après. Puis les Bleus prennent les devants par Heutte (42e) et Wisnieski (53e). Žanetić réduit l'écart (55e), mais Heutte redonne deux buts d'avance aux Bleus (62e). Oui, sauf qu'en l'espace des cinq minutes, la défense tricolore explose. Knez (75e) puis Jerković deux fois (78e, 79e) offrent la victoire à la Yougoslavie. Une grosse désillusion pour la bande à Albert Batteux qui, dans la foulée, manquera également la qualification au Mondial 62.

Youtube

1984, merci qui ? Merci Michel !


Deux après la demi-finale de Coupe du monde contre la RFA à Séville, les Bleus entament LEUR Euro dans un groupe relevé : Danemark, Yougoslavie et Belgique. Pas question de se manquer. Pour la première sortie, c'est la " Danish Dynamite " qui se présente au Parc des Princes. Sur le papier, du lourd : Simonsen – Ballon d'or 1977 –, Olsen, Laudrup et Elkjaer Larsen.


Le match met un temps fou à se lancer avant que Simonsen ne se brise la jambe sur un contact avec Yvon Le Roux. Les Danois ne s'en remettront pas et à dix minutes de la fin, sur une récupération énergique de Jean Tigana, Michel Platini hérite du ballon à l'entrée de la surface et trompe Ole Qvist. C'est le seul but du match. Celui de la victoire. Les Bleus sont lancés sur…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant