Les Bleus dépouillent la Squadra

le
0
Les Bleus dépouillent la Squadra
Les Bleus dépouillent la Squadra

Petit feu d'artifice ce soir dans les Pouilles, où les Français sont allés chercher la victoire qui fait plaisir face aux Italiens. Un succès que les Bleus ont obtenu grâce à leurs attaquants : Martial, Giroud, et Kurzawa, qui a décidé de changer de poste depuis le début de la saison.

Italie 1-3 France

Buts : Graziano Pellè (21e) pour l'Italie // Anthony Martial (17e), Olivier Giroud (28e) et Layvin Kurzawa (81e) pour la France

Sur la pelouse,le 4-3-3 français nous faisait déjà repenser aux systèmes des premiers matchs de l'Euro avec une douce nostalgie. Le tout avec un délicieux mélange entre cadres de juin et nouvelles têtes, dans le onze et sur le banc. Un côté new generation grisant, pour affronter des Italiens toujours appétissants. Avec en bonus, une petite ligne dans la grande Histoire du football, le premier test de l'arbitrage vidéo. Une simple communication entre un camion vidéo stationné devant le stade comme dans un mauvais film d'espionnage et l'arbitre de terrain, " L'arbitre ne stoppera pas la rencontre pour regarder des ralentis vidéos ", prévenait la FIFA. L'outil a pu être testé dès la première mi-temps, sur une supposée main de Kurzawa. Un France-Italie, un arbitre de terrain qui a mal vu une action et qui prend une décision grâce à son assistant, comme pour se remémorer de l'expulsion de Zidane en 2006. Mais il s'agit de vite chasser ces images. Ce soir, il ne s'agissait que d'un match amical de trêve internationale, perdu entre un Pays-Bas-Grèce, et un Norvège-Biélorussie. Un match pour s'amuser, agréable de surcroit, et pour repartir bons amis après s'être serré la main et avoir échangé quelques maillots. Même si la Marseillaise sifflée par certains spectateurs italiens déchirait le cœur...

La malédiction Éder


Sidibé, comme tous les jeunes trop excités par leur première fois, ne sait pas contenir son excitation et y est va de son carton jaune dès la 4e minute. Mais mis à part le trop d'envie du néo-monégasque, rien à se mettre sous la dent, et impossible d'approcher des beaux yeux de Buffon en un quart d'heure. Parfait pour qu'à son âge, il commence à somnoler doucement, et que Martial ne le réveille en marquant sur un face-à-face. Un " plat du pied, sécurité " d'école, en profitant d'un alignement horrible de la traditionnelle défense à 3 italienne, amputée de Barzagli. Mais les Italiens savent qu'ils ont la solution, puisqu'ils ont un joueur nommé Éder. La kryptonite des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant