Les Bleus à Rennes, 10 ans après.

le
0
Les Bleus à Rennes, 10 ans après.
Les Bleus à Rennes, 10 ans après.

Le match de vendredi soir face à l'Albanie est le deuxième de l'histoire des Bleus au stade de la route de Lorient à Rennes. Le premier était aussi un amical et il s'est déroulé il y a une décennie, contre la Bosnie-Herzégovine. Un rendez-vous marqué par les débuts en tant que sélectionneur d'un certain Raymond Domenech. Souvenirs
" Nous débutons seulement la phase de reconstruction. " Magnéto rembobiné à août 2004 : l'équipe de France de football s'apprête à disputer le premier match amical d'une nouvelle ère et son nouveau sélectionneur se montre particulièrement prudent pour sa conférence de presse d'avant-match. A l'époque, il jouit plutôt d'une bonne cote de sympathie de la part des médias, qui louent son côté communiquant après les ours Lemerre et Santini, ainsi que de la part de l'opinion publique, curieuse de cet original, ancien bourrin sur le terrain reconverti comédien de théâtre. Pour un peu, il y aurait presque du Cantona en lui. Ancien sélectionneur des Espoirs, il a bénéficié de la classique promotion interne tant appréciée à la FFF, pour tourner la page Santini et repartir sur des bases saines en se tournant vers le prochain objectif : la qualification pour le Mondial 2006. Les Bleus restent en effet sur un amer échec en quart de finale de l'Euro au Portugal, avec une défaite 0-1 concédée face au futur vainqueur grec. Un rafraichissement des troupes s'impose et Domenech, avec sa longue expérience de sélectionneur des Bleuets, semble être l'homme de la situation. Desailly et Lizarazu doivent être remplacés, de même que Thuram et Zidane, qui ont décidé à se moment d'arrêter l'aventure avec les Bleus. Si la retraite internationale de " ZZ ", 32 ans et 93 sélections à l'époque, pose problème, c'est surtout la défense qui est en chantier. Le plus expérimenté dans ce secteur se nomme désormais William Gallas, avec ses 21 capes.
Domenech et la tentation du 3-5-2
Pour sa première sélection, Raymond la science fait appel à sept joueurs sans aucune expérience internationale, dont quatre sont titulaires au coup d'envoi de ce match amical face à la Bosnie : Patrice Evra, Sébastien Squillaci, Eric Abidal et Rio Mavuba, dont les débuts pros remontent seulement à la mi-saison précédente. Et quitte à changer, le nouveau boss des Bleus décide aussi d'innover tactiquement en testant un 3-5-2 assez couillu, qui sera très vite abandonné par la suite. L'équipe alignée au coup d'envoi était la suivante : Barthez en dernier vieux de la vielle dans les buts, promu capitaine un peu contre son gré, avec devant lui Abidal, Squillaci et Gallas, Evra et Mendy sur les côté, Pedretti et Mavuba à la récupération, puis Rothen en meneur derrière Henry et Luyindula. Il est d'ailleurs amusant de constater au passage que cette doublette...

" Nous débutons seulement la phase de reconstruction. " Magnéto rembobiné à août 2004 : l'équipe de France de football s'apprête à disputer le premier match amical d'une nouvelle ère et son nouveau sélectionneur se montre particulièrement prudent pour sa conférence de presse d'avant-match. A l'époque, il jouit plutôt d'une bonne cote de sympathie de la part des médias, qui louent son côté communiquant après les ours Lemerre et Santini, ainsi que de la part de l'opinion publique, curieuse de cet original, ancien bourrin sur le terrain reconverti comédien de théâtre. Pour un peu, il y aurait presque du Cantona en lui. Ancien sélectionneur des Espoirs, il a bénéficié de la classique promotion interne tant appréciée à la FFF, pour tourner la page Santini et repartir sur des bases saines en se tournant vers le prochain objectif : la qualification pour le Mondial 2006. Les Bleus restent en effet sur un amer échec en quart de finale de l'Euro au Portugal, avec une défaite 0-1 concédée face au futur vainqueur grec. Un rafraichissement des troupes s'impose et Domenech, avec sa longue expérience de sélectionneur des Bleuets, semble être l'homme de la situation. Desailly et Lizarazu doivent être remplacés, de même que Thuram et Zidane, qui ont décidé à se moment d'arrêter l'aventure avec les Bleus. Si la retraite internationale de " ZZ ", 32 ans et 93 sélections à l'époque, pose problème, c'est surtout la défense qui est en chantier. Le plus expérimenté dans ce secteur se nomme désormais William Gallas, avec ses 21 capes.
Domenech et la tentation du 3-5-2
Pour sa première sélection, Raymond la science fait appel à sept joueurs sans aucune expérience internationale, dont quatre sont titulaires au coup d'envoi de ce match amical face à la Bosnie : Patrice Evra, Sébastien Squillaci, Eric Abidal et Rio Mavuba, dont les débuts pros remontent seulement à la mi-saison précédente. Et quitte à changer, le nouveau boss des Bleus décide aussi d'innover tactiquement en testant un 3-5-2 assez couillu, qui sera très vite abandonné par la suite. L'équipe alignée au coup d'envoi était la suivante : Barthez en dernier vieux de la vielle dans les buts, promu capitaine un peu contre son gré, avec devant lui Abidal, Squillaci et Gallas, Evra et Mendy sur les côté, Pedretti et Mavuba à la récupération, puis Rothen en meneur derrière Henry et Luyindula. Il est d'ailleurs amusant de constater au passage que cette doublette...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant