Les betteraviers européens contre la fin des quotas

le
0

(Commodesk) Les producteurs de betteraves européens ont trouvé un modèle de politique de soutien à l'agriculture en Thaïlande, second exportateur de sucre mondial (8 millions de tonnes attendues en 2012).

Dans ce pays, souligne la Confédération internationale des betteraviers européens, des prix d'achat au producteur de cannes élevés permettent de soutenir la compétitivité du produit à l'exportation. Un système qui ressemble beaucoup aux quotas appliqués dans l'Union européenne avant 2001, avec un prix minimum de la betterave pour les producteurs, un prix d'intervention pour l'achat de la totalité de la récolte... et l'exportation des excédents.

Mais l'écart de prix entre la Thaïlande et la Chine voisine est tel (300 à 400 dollars par tonne) que 500.000 tonnes de sucre ont passé la frontière en contrebande au premier trimestre 2012, note l'association sucrière du Yunnan, mentionnée dans le bulletin mensuel sucre de juillet de FranceAgrimer.

Les 385.000 betteraviers européens demandent quoi qu'il en soit le maintien de quotas, qui leur assurent des prix supérieurs à ceux du marché mondial dans l'espace de l'Union. La production de sucre sur le marché intérieur représente 55% de la production mondiale. On est loin du déficit qui avait motivé dans les années 1960 la définition de quotas protecteurs.

La réforme de la Politique agricole commune va vers un démantèlement des quotas en 2015. Les quotas sucriers ont un coût pour le consommateur, souligne la commission, en raison de la restriction des importations et du manque de concurrence entre les opérateurs, deux à trois entreprises par pays.

Les betteraviers veulent bien affronter la concurrence, mais pas avant 2020.

Pour les sucriers, un décalage artificiel s'est creusé entre prix européens et cours internationaux. Leurs capacités de raffinage sont enfermées dans un plafond de 13,3 millions de tonnes, la quantité de sucre pouvant être vendue sans pénalité à la filière agroalimentaire européenne. Ils gagneraient à un développement des importations de sucre brut.

En surface plantées en betteraves, les évolutions des différents pays de l'Union divergent, avec une baisse de 57 % depuis 1995 en Grande Bretagne, contre une augmentation de 9% en Allemagne. La France a augmenté ses surfaces betteravières de 5%, contre + 2,5% en moyenne européenne, à contre-courant de l'évolution de ses quotas (réduits de 17% en 2008-2009).

En 2011-2012, l'UE à 25 pays a produit 18,1 millions de tonnes de sucre blanc issu de la betterave, dont 13,3 millions de tonnes sous quotas, d'après les chiffres de la commission européenne.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant