Les bergers crient au loup à Paris

le
0
Les bergers crient au loup à Paris
Les bergers crient au loup à Paris

Face à l'ampleur des attaques de loups au cours des dernières semaines, des bergers d'Auvergne, de Languedoc-Roussillon et de Champagne-Ardennes ont choisi de manifester devant le ministère de l'Ecologie pour demander «un nouveau plan loup efficace».

A l'appel de la Fédération nationale ovine (FNO) et de la Fédération nationales des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), plusieurs dizaines d'éleveurs de moutons et de brebis ont décidé d'organiser une transhumance symbolique dont le point d'arrivée sera jeudi à partir de 10 heures sur le Champ-de-Mars à Paris, puis à 14 heures devant le ministère de Ségolène Royal.

Les troupeaux qui regroupent entre 200 et 300 animaux sont partis depuis mardi. «On est partis de Brioude (Haute-Loire), nous faisons une étape ce jour à Moulins (Allier), c'est une transhumance symbolique. Nous rassemblons éleveurs de la Haute-Loire, du Cantal, de la Lozère», a expliqué Claude Font, président de la section régionale ovine d'Auvergne. Une trentaine d'éleveurs de moutons et de brebis de Champagne-Ardenne doivent aussi se joindre à cette manifestation tout comme une délégation lorraine de la Meuse. Leurs représentants devraient être reçus par Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture.

Pour les éleveurs, la question du loup est préoccupante. «Se faire dévorer par des loups n'a rien de naturel, on est contre le loup à partir du moment où il s'attaque à notre élevage. Les chiffres sont là, on est pratiquement à 8 000 victimes et 29 départements touchés par cette prédation» détaille Claude Font qui estime à 300 le nombre de loups présents sur le territoire. De son côté, l'administration a comptabilisé, à la fin du mois d'août, 4 800 victimes du loup, principalement des brebis, soit 1 000 de plus que l'an dernier à la même date.

«Il y a un accroissement en terme d'attaques, et les protections comme les filets électriques, chiens patous, ou bergers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant