Les barons rouges chinois règlent leurs comptes à Nankin

le
0
Derrière les accusations de corruption, les luttes de pouvoir semblent expliquer la disgrâce du maire de la grande cité historique.

Une semaine après l'éviction du puissant maire de Nankin, Ji Janye, annoncée par un communiqué lapidaire, le Parti communiste chinois (PCC) livre enfin quelques explications. Démis de ses fonctions et placé sous le coup d'une enquête pour corruption, l'ancien édile aurait commis de «graves violations de la loi et de la discipline».

Selon Wang Weize, 50 ans, secrétaire du comité du Parti à Nankin - à ce titre, l'homme le plus puissant de cette grande cité historique à 300 km de Shanghai -, sont reprochés à Ji Janye «certains échanges illégaux avec des entreprises locales. La corruption de M. Ji découle de ce qu'il a fait prévaloir son intérêt personnel sur celui de la population, dit-il en recevant un groupe de journalistes occidentaux, à l'initiative de l'Institute for Strategic Dialogue. Il fallait éliminer cette personne,...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant