Les barbus «non conformes» de l'aéroport d'Orly attaquent aux prud'hommes

le
6
Les barbus «non conformes» de l'aéroport d'Orly attaquent aux prud'hommes
Les barbus «non conformes» de l'aéroport d'Orly attaquent aux prud'hommes

« À partir de quel moment c'est court ou long ? Soigné ou pas ? » La question n'était pas posée chez un barbier mais par un conseiller des prud'hommes de Bobigny, hier matin, à l'avocat de l'entreprise Securitas Transport Aviation Security (Stas), Benoît Dubessay. « Si je puis me permettre, rétorque l'avocat un peu embarrassé devant le conseiller barbichu, vous arborez vous-même un bouc court. » Les barbes de quatre anciens salariés musulmans assis dans le public étaient et restent, elles, non conformes. Clairsemées ou fournies, longues d'une dizaine de centimètres au plus, ces pilosités faciales sont devenues indésirables après les attentats de novembre, au point de provoquer des licenciements pour faute grave.

Ces trentenaires, qui vivent en Essonne et en Seine-Saint-Denis, étaient affectés aux postes de filtrage des passagers depuis neuf et dix ans à l'aéroport d'Orly. Tous habilités par la préfecture et le procureur à travailler en zone réservée. Mais dans la foulée du 13 novembre, une vingtaine de salariés barbus ont été convoqués par la direction afin d'être rappelés au « référentiel vestimentaire ». Ce texte interne prévoit que « le visage soit rasé de près, les boucs taillés et soignés ». « Ces salariés ont dit qu'ils ne s'y conformeraient pas parce que ça portait atteinte à leur liberté religieuse », assure l'avocat de l'entreprise. Dans la salle, un salarié tique : « J'ai taillé ma barbe mais ça n'a pas suffi », explique-t-il en marge de l'audience. « Leur barbe ne s'est pas mise à pousser le 13 novembre ! conteste leur avocat, Me Eric Moutet. La peur liée aux attentats est légitime, mais dire à quelqu'un : Ce que j'ai toléré hier, je ne le tolère plus aujourd'hui, c'est de la discrimination, alors qu'ils n'ont jamais posé de problème particulier. »

Et coup de théâtre, il sort son téléphone pour montrer la photo d'un autre employé de Securitas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq il y a 8 mois

    Il existe aussi par exemple un code vestimentaire dans les banques. Essayez d'aller au boulot en jeans. vous verrez ce le chef vous dira.

  • dcabon il y a 8 mois

    Où commence la discrimination mais surtout où finit le sectarisme. Il est parfaitement logique qu'un code vestimentaire et d'apparence soit imposé. Ce n'est pas parce que ce code n'a pas été strictement appliqué qu'il n'existe pas. Cela n'aurait pas du tout été la même histoire si le code avait été inventé après les attentats et imposé rétro-activement. Mais nous ne sommes pas dans ce cas de figure. Alors, c'est bien aux salariés de faire le choix entre leur religion et leur métier !!!

  • d.e.s.t. il y a 8 mois

    Si ça ne leur plait pas, qu'ils dégagent , on peut vivre sans eux!

  • Mig737 il y a 8 mois

    Là c'est pareille, sécuritas impose un certain code vestimentaire et le fait d'avoir les cheveux long ou la barbe peut en faire partie, donc soit on s'y plie, soit on ne peut pas travailler pour l'entreprise!

  • Mig737 il y a 8 mois

    Je connais quelqu'un qui n'a pas été embauché parce-qu’il ne voulait pas porter un costume, les employeur n'en revenaient pas: "vous êtes très compétent techniquement, nous vous embauchons mais il faudra porter un costume pour intervenir chez le client, réponse: Non, donc pas embauché" logique!

  • jphr63 il y a 8 mois

    La loi c'est la loi!!On doit respecter un minimum de présentation et c'est bien à l'employeur de faire respecter cette présentation;sinon on va vendre des merguèses au marché ;D