Les banquiers centraux, du Capitole à la Roche Tarpéienne

le , mis à jour le
0
Mario Draghi, président de la BCE et Janet Yellen, présidente de la Fed. (© BCE / Fed)
Mario Draghi, président de la BCE et Janet Yellen, présidente de la Fed. (© BCE / Fed)

Au printemps 1961, il y aura donc bientôt cinquante-cinq ans, un quarteron de généraux français fomentait un putsch à Alger. On a pu craindre un moment que les troubles ne s'étendent à la métropole. À cette époque, notre pays était plongé dans de multiples conflits sociaux et les syndicats les plus revendicatifs occupaient à tour de rôle les Grands Boulevards.

Le célèbre dessinateur humoristique Jacques Faizant avait alors croqué à la une du Figaro les porteurs de pancartes («Charlot des sous !»), distributeurs de tracts et manifestants divers. Puis, ces derniers jetaient au caniveau leur matériel, pour sauter au cou d'un De Gaulle tutélaire, en criant « Papa ! », alors que se profilaient à l'horizon les silhouettes menaçantes de parachutistes armés jusqu'aux dents.

Panique après la faillite Lehman Brothers

Toutes proportions gardées, l'attitude actuelle de nombre d'économistes et de commentateurs divers n'est pas sans rappeler celles des manifestants de Faizant. Souvenons-nous de la panique qui a saisi la majeure partie des acteurs économiques pendant les jours qui ont suivi la faillite de la banque Lehman Brothers en septembre 2008 et la grave crise traversée par le groupe bancaire Dexia.

J'entends encore le dirigeant d'une des premières banques britanniques expliquer posément à la radio qu'il n'avait plus assez de confiance pour prêter à une grande banque française, même pour quelques

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant