Les banques US veulent un délai pour appliquer la règle Volcker

le , mis à jour à 01:15
0
    par Olivia Oran 
    12 août (Reuters) - Les grandes banques de Wall Street 
demandent à la Réserve fédérale de leur accorder un délai de 
grâce supplémentaire de cinq ans pour se conformer à la nouvelle 
réglementation du secteur bancaire aussi appelée règle Volcker, 
a-t-on appris auprès de sources au fait de la situation.  
    Ce délai, après déjà trois extensions d'un an, laisserait 
aux établissements jusqu'à 2022 pour retirer leurs 
investissements de certains fonds peu liquides. 
    Pour prendre sa décision, la Fed a demandé aux banques de 
leur apporter des précisions sur leurs investissements afin 
d'établir que les fonds en question sont bien "illiquides", 
selon les sources. 
    Parmi les banques figurent notamment Goldman Sachs Group 
 GS.N , Morgan Stanley  MS.N  et JPMorgan Chase & Co  JPM.N , 
qui plaident leur cause par le biais d'un lobby de Wall Street, 
la Securities Industry and Financial Markets Association 
(SIFMA). 
    La SIFMA a confirmé travailler sur la requête et a ajouté 
que le Congrès était favorable à une "période de transition 
appropriée" pour laisser le temps aux banques de sortir de fonds 
illiquides sans perturber les marchés financiers. 
    Les banques et la Fed n'ont pas souhaité s'exprimer. 
    La règle Volcker, du nom de l'ancien président de la Fed 
Paul Volcker, fait partie de la réforme Dodd-Frank de 2010 qui a 
réformé en profondeur le secteur bancaire américain après la 
crise financière. Elle vise à limiter les prises de risques des 
banques en empêchant qu'elles utilisent leurs fonds propres pour 
des investissements spéculatifs, mais selon ses détracteurs les 
nombreuses exemptions qu'elle prévoit en réduit singulièrement 
la portée. 
    "Il est risible que les plus importantes banques du monde 
affirment année après année ne pas pouvoir vendre ces parts", 
s'insurge Dennis Kelleher, directeur de l'ONG Better Markets. 
"Tout le monde en Amérique doit respecter la loi et Wall Street 
aussi". 
    A la date du 30 juin, Goldman Sachs avait encore sept 
milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) investis dans des 
fonds de capital-investissement, de l'immobilier ou des fonds 
spéculatifs relevant de la règle Volcker. En mars, la banque 
avait dit s'attendre à vendre l'essentiel de ses parts avant la 
date limite de juillet 2017 mais elle n'a pas repris cette 
formulation dans son dernier communiqué de résultats. 
    Morgan Stanley, qui a 3,2 milliards de dollars placés dans 
des fonds immobiliers et de private equity, a dit récemment 
espérer pouvoir céder l'essentiel de ces investissements assez 
rapidement, tout en demandant un délai de grâce pour "certains 
fonds illiquides." 
    JP Morgan a environ un milliard de dollars investis dans des 
hedge funds, du private equity et des fonds immobiliers. 
 
 (Olivia Oran à New York, avec la contribution de Patrick Rucker 
à Washington, Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant