Les banques systémiques connaîtront leur surcharge en capital en 2014

le
1
(NEWSManagers.com) -
Le Conseil de stabilité financière (FSB) a publié le 4 novembre une liste de 29 établissements bancaires d' importance systémique qui devront progressivement à compter de 2016 renforcer leurs fonds propres et qui connaîtront en 2014 l' ampleur de l' effort à engager.
Les établissements français BNP Paribas, le Groupe Banque Populaire, le Crédit Agricole et la Société Générale figurent dans la liste des banques européennes où l' on retrouve tous les ténors régionaux: Barclays, Commerzbank, Credit Suisse, Dexia, Deutsche Bank, HSBC, ING, Lloyds Banking, Nordea, RBS, Santander, UBS et UniCredit. Toutes les grands banques américaines sont également présentes ( Bank of America, BNY Mellon, Citigroup, Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley) ainsi que quatre banques asiatiques, trois japonaises, Mitsubishi UFJ, Mizuho et Sumitomo Mitsui, et une seule chinoise, Bank of China.
Toutes ces banques, dont la liste sera mise à jour chaque année en novembre, devront augmenter leur capital dans une proportion variant de 1% à 2,5% de leurs actifs pondérés en fonction du risque qu' elles font peser sur l' ensemble du système. Le niveau de la surcharge pour chacune des banques sera fixé en 2014. Elle devra être appliquée progressivement à compter du 1er janvier 2016 pour être en place à l' horizon 2019.
Le FSB a également publié vendredi ses recommandations définitives en matière de redressement ou de liquidation ordonnée en cas de crise. Parallèlement, le Comité de Bâle a présenté la version finale des règles applicables aux banques d' importance systémique à l' échelle mondiale. Le document décrit la méthodologie à suivre pour identifier les établissements en question et déterminer l' ampleur de la capacité additionnelle d' absorption des pertes dont ils devraient se doter.

Elodie Witting

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9163545 le jeudi 10 nov 2011 à 12:40

    Tout cela c'est bien mais si les marchés financiers servaient la bonne cause c'est à dire l'investissement, l'épargne et le service à la consommation il n'y aurait pas besoin de faire tout ce cinéma.Il faut éradiquer tous les produits hautement spéculatifs notamment basés sur la titrisation qui ont pour objet de noyer les actifs pourris au profits des spéculateurs sans scrupule.