Les banques résisteraient au pire scénario grec, estime l'ACP

le
3
Les banques résisteraient au pire scénario grec, estime l'ACP
Les banques résisteraient au pire scénario grec, estime l'ACP

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les banques et compagnies d'assurance françaises sont en mesure de faire face à une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro, a estimé lundi l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP).

Alors que les marchés redoutent que la République hellénique ne soit contrainte de quitter la zone euro en raison de l'impasse politique dans laquelle elle se trouve depuis les élections législatives, Christian Noyer, le président de l'ACP, a expliqué qu'aucun groupe financier français ne serait mis en difficultés si un tel scénario devait se produire.

Prié de dire si les banques et assureurs français pouvaient résister à un tel scénario, Christian Noyer, qui est aussi gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a répondu: "Ma réponse est oui."

"Je ne connais aucun groupe qui serait mis en difficultés par un scénario extrême sur la Grèce", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse pour la présentation du rapport 2011 de l'ACP.

Il a aussi rappelé que les banques françaises, qui font partie des établissements bancaires étrangers les plus exposés à la Grèce, avaient provisionné les titres de dette souveraine grecque qu'elles détiennent dans leur compte à hauteur de 75%.

La Commission européenne a dit lundi espérer que la Grèce reste au sein de la zone euro, tout en priant Athènes d'honorer ses engagements.

Un peu partout sur la planète, les banques se préparent toutefois à travailler avec une nouvelle devise en Grèce.

En France, le Crédit agricole, particulièrement exposé à la Grèce en raison de sa filiale locale Emporiki, s'est lui aussi dit vendredi prêt à toutes les éventualités.

"Le risque n'est pratiquement plus supporté par le secteur privé qui a déjà provisionné une grande partie de la dette grecque", commente Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse. "La dette grecque est donc essentiellement supportée par les Etats européens."

"DÉNUÉ DE SENS"

L'ACP a aussi rappelé lors de sa conférence de presse que les établissements français avaient depuis la crise renforcé leur solidité financière et qu'elles affichaient désormais des ratios de fonds propres "durs" (dits 'core tier one') supérieurs à 9%, au-dessus des exigences de l'Autorité bancaire européenne (ABE).

Interrogé sur les risques de contagion de la crise de la dette au sein de la zone euro et sur la situation budgétaire de l'Espagne, Christian Noyer a souligné qu'aucun autre pays européen n'était dans "une situation comparable à la Grèce."

"Assimiler l'Espagne à la Grèce est dénué de sens", a-t-il insisté.

L'ACP a également fait savoir que les pouvoirs publics recherchaient une "solution pérenne" pour le Crédit immobilier de France (CIF) dont les capacités de refinancement sur les marchés seraient mises à rude épreuve en cas de dégradation de sa note par Moody's.

Jugeant que le spécialiste du financement immobilier avait une situation de solvabilité "très satisfaisante", Christian Noyer a néanmoins reconnu que le modèle d'organisation et d'activités du CIF, axé sur le refinancement sur les marchés, était devenu "délicat à gérer" en raison de la crise financière au sein de la zone euro.

Selon le quotidien Les Echos, la banque britannique HSBC aurait été mandatée pour trouver un repreneur au CIF dont plusieurs émissions obligataires ont vu leur cotation être suspendue en début de semaine dernière.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tmf43 le lundi 14 mai 2012 à 14:41

    Pourvu que les banquiers et politicards gardent bien leurs salaires et privilèges !

  • m.young le lundi 14 mai 2012 à 12:58

    Faut pas faire d'amalgame entre les PIFIGS - la Grèce est un cas à part depuis au moins deux siècles : http://www.institutcoppet.org/2012/02/20/edmond-about-la-grece-contemporaine-1854/

  • NACHTER le lundi 14 mai 2012 à 12:21

    le probleme n est pas de provisionner dette GRECE mais aussu espagne portugal dans immediat proche,????????????????????????????????????