Les banques proposent plutôt les placements qui les intéressent

le
0

(lerevenu.com) - En 2010, l'AMF avait déjà procédé à des visites mystères dans les réseaux bancaires, dans l'esprit de sa mission «d'action préventive en matière de protection de l'épargne». Le gendarme de la Bourse a donc à nouveau demandé à un prestataire externe d'envoyer des témoins se faire passer pour des prospects. Les personnes choisies pour cette enquête ne sont pas très averties en matière de placements. L'AMF ne prétend pas constituer un échantillon représentatif, ni de la population, ni de l'offre bancaire en France. Depuis 2010, l'Autorité a procédé à 540 visites mystères, onze enseignes bancaires ont été visitées, à Paris et en province. L'Autorité réfléchit à des visites mystères auprès des établissements en ligne.

De la vague des visites mystères conduites en 2012, l'AMF en a tiré les trois principales conclusions suivantes :
1. «Des entretiens en peu plus longs? mais une découverte du prospect plus sommaire.»
2. «Une présentation toujours déséquilibrée des avantages et des inconvénients des produits, notamment les frais.»
3. «Des produits plutôt vendus qu'achetés. Mais les visites mystères, menées sur un échantillon limité n'ont cependant pas décelé de propositions commerciales inadaptées? »

Les visites mystères ont repris les mêmes scénarios qu'en 2010, avec deux types de profils, l'épargnant « risquophobe » et l'épargnant «risquophile».L'AMF a constaté une évolution entre 2010 et 2012 puisque les «risquophobes» se sont vu proposer plus fréquemment de l'épargne bancaire [comptes à terme, comptes sur livrets, etc.] et des parts sociales ». Les placements plus risqués, comme les Opcvm «ont été davantage proposés aux ?risquophiles?». D'où la conclusion de l'AMF sur des «produits plutôt vendus qu'achetés».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant