Les banques ont déposé une offre améliorée sur Saur

le
0

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les banques créancières de la Saur ont déposé vendredi une offre améliorée pour la reprise du numéro trois de l'eau potable en France, ont indiqué à Reuters deux sources proches du dossier.

Selon ces mêmes sources, les discussions sur le renflouement et la restructuration financière de la Saur, plombée par une dette de près de 2 milliards d'euros, pourraient du coup aboutir dans le courant de la semaine prochaine.

"Les banques ont bien transmis leur offre améliorée. Elles s'alignent sur les exigences de la Saur", a déclaré une des sources. "Cela va dans le bon sens même s'il y a encore des discussions. Les négociations pourraient aboutir la semaine prochaine."

Dans le cadre des discussions sur son renflouement, la Saur espère trouver un accord avec ses banques et ses actionnaires en vue de ramener son endettement autour de 800 millions d'euros et d'abaisser dans le même temps les intérêts de sa dette.

L'entreprise, qui fait face, comme ses concurrents Veolia et Suez Environnement, à une érosion de ses marges, a jusqu'à fin juin pour trouver un accord à l'amiable. Passé ce délai, le groupe encourt le redressement judiciaire.

Pour l'emporter face aux trois autres repreneurs potentiels, les banques ont ajouté dans leur offre trois "clauses de flexibilité", a indiqué une source informée de l'avancée des discussions.

Dans leur nouvelle offre, les banques proposent notamment que la dette de la Saur soit ramenée à 800 millions d'euros en 2019 contre 950 millions dans la proposition précédente.

Elles ont aussi intégré la possibilité pour la Saur de reporter dans le temps le paiement des intérêts de la dette en cas de difficultés.

Ni la Saur ni les banques n'ont souhaité vendredi s'exprimer sur le dossier.

Avec ces concessions, les banques cherchent à l'emporter face à leur principal rival, le fonds Cube, déjà actionnaire à hauteur de 12% de la Saur.

Quatre offres de reprise en tout ont jusqu'ici été déposées - Séché Environnement, actionnaire à 33% de la Saur, et le fonds Impala de l'homme d'affaires Jacques Veyrat étant aussi candidats - mais aucune n'a encore été approuvée par les banques créancières et les actionnaires de la société.

Dans une lettre datée de fin avril dont Reuters a obtenu une copie, le fonds Cube s'était dit prêt à rapprocher son offre de celle des banques pour parvenir rapidement à un accord sur la restructuration.

Face à l'impasse des discussions, le scénario d'un rapprochement entre l'offre des banques et celle des trois autres repreneurs potentiels avait commencé à émerger début mai.

Edité par Jean-Michel Belot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant