Les banques internationales exposées à hauteur de 41,9 mds à la Grèce

le , mis à jour à 20:33
1

LONDRES, 28 juin (Reuters) - L'échec des négociations entre la Grèce et ses créanciers au cours du week-end, qui a conduit Athènes dimanche à mettre en place un contrôle des capitaux et à décider d'une fermeture temporaire des banques, rapproche le pays d'une situation de défaut de paiement et, partant, d'une sortie de la zone euro. La plupart des banques étrangères ont massivement réduit leur exposition à la Grèce après une restructuration de la dette souveraine grecque en 2012, au premier chef les établissements français et allemands. Ceci étant dit, certaines pourraient quand même perdre de l'argent si jamais la Grèce devait quitter l'Union économique et monétaire et pourraient pâtir d'un effet de contagion négatif sur leurs coûts de financement. "Même si la banques européennes sont mieux préparées pour absorber toute volatilité de valeur des actifs en cas de sortie de la Grèce de la zone euro, même si les risques potentiels de contagion sont plus contenus par rapport à 2012, l'incertitude de la réaction des marchés en cas de sortie de la Grèce de la zone euro pourrait néanmoins affecter le profil de crédit de certaines banques européennes", a estimé Moody's dans une note. Selon la Banque des règlements internationaux, les banques internationales avaient en portefeuille, à la fin 2014, un total des prêts consentis à la Grèce de 46,8 milliards de dollars (41,9 milliards d'euros), dont 33 milliards pour les banques européennes. * Voir aussi : Graphique sur l'exposition des banques internationales à la Grèce http://link.reuters.com/nym94w (Vincent Flasseur, Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4837592 le dimanche 28 juin 2015 à 22:42

    Les banques américaines sans doute vu l'agitation du Trésor américain depuis quelques jours, qu'il présente l'addition à GS .