Les banques grecques partiellement recapitalisées en actions

le
1
LES BANQUES GRECQUES VONT DEVOIR ÉMETTRE DES ACTIONS DANS LE CADRE DE LEUR RECAPITALISATION
LES BANQUES GRECQUES VONT DEVOIR ÉMETTRE DES ACTIONS DANS LE CADRE DE LEUR RECAPITALISATION

par George Georgiopoulos

ATHÈNES (Reuters) - Les banques grecques devront émettre des actions afin de couvrir à hauteur de plus de la moitié un ratio de fonds propres de 9% établi dans le cadre de leur recapitalisation, un dispositif qui pourrait leur permettre ainsi d'échapper à la nationalisation, selon des sources proches du dossier.

Des obligations convertibles permettront en principe de couvrir le solde des besoins en fonds propres, fonds propres qui ont été quasiment absorbés par une forte décote sur leurs avoirs en dette souveraine et par une forte augmentation de leurs créances douteuses dans un contexte de récession prolongée.

La Grèce et ses bailleurs de fonds internationaux ont dégagé une partie des 130 milliards d'euros d'un deuxième programme de renflouement pour la consacrer à la recapitalisation des banques viables. Les actionnaires doivent souscrire à 10% au moins des actions nouvelles à émettre pour que les banques restent dans le secteur privé.

"Les banques devront émettre du capital ordinaire pour respecter un ratio de capital dur Tier 1 de 6%. Le secteur privé devra couvrir 10% au moins (de l'émission) pour que le fonds de recapitalisation bancaire (Fonds hellénique de stabilité financière, FHSF) dispose de droits de vote restreints sur les actions", a dit l'une des sources à Reuters lundi.

Si ce seuil de 10% n'est pas atteint, le fonds se verra doté de droits de vote pleins, ce qui reviendrait à une nationalisation.

Quant aux 3% du ratio restants, il pourra être couvert par des obligations convertibles, notamment des Coco (contingent convertible bonds).

"Les Coco auront une maturité de cinq ans, après quoi elles seront soit remboursées soit converties en actions ordinaires. Elles paieront un coupon annuel de 7%, avec une bonification de 0,5% pour autant que les banques soient rentables", a expliqué l'une des sources.

Si le ratio de fonds propres dur Tier 1 tombe à moins de 5,125% dans les cinq ans, la conversion des Coco en actions ordinaires se fera automatiquement.

LE PROJET PUIS L'ARGENT

Les actionnaires existants ou nouveaux participant aux augmentations de capital se verront proposer des droits de souscription qu'ils pourront exercer ultérieurement, par périodes de six mois, pour acheter des actions du FHSF. S'ils ont souscrit à hauteur de 10% au moins, ces droits leur permettront de racheter au FHSF les 90% d'actions ordinaires restantes.

Le FHSF, financé à partir de l'aide internationale UE/FMI, a déjà injecté 18 milliards d'euros dans les quatre premières banques pour les recapitaliser.

Le Fonds devrait recevoir autour de 23 milliards d'euros de la prochaine tranche d'aide à verser à la Grèce, d'un montant total de 31,5 milliards d'euros, tranche qui ne sera pas débloquée tant qu'Athènes et ses créanciers internationaux n'auront pas passé de compromis sur un important ensemble de mesures d'austérité.

S'exprimant à l'issue d'une rencontre entre le ministre des Finances Yannis Stournaras et la Fédération bancaire grecque, le ministère a fait savoir que les banques grecques reporteraient une fois de plus leurs résultats semestriels, soit d'un mois à fin novembre.

"Nous avons discuté du projet de loi sur la recapitalisation; il doit être prêt avant que l'argent de la recapitalisation n'arrive", a dit un banquier qui a pris part à la réunion.

Juliette Rouillon et Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mnanni le lundi 29 oct 2012 à 19:17

    en clair : le gâteau grec n'est pas encore totalement bien partagé...