Les banques françaises ouvertes à une règle Volcker, selon Oudéa

le
0
LES BANQUES FRANÇAISES OUVERTES À UNE RÈGLE VOLCKER, ESTIME OUDÉA
LES BANQUES FRANÇAISES OUVERTES À UNE RÈGLE VOLCKER, ESTIME OUDÉA

PARIS (Reuters) - Les banques françaises seraient disposées à accepter une règlementation européenne calquée sur la règle Volcker visant à interdire aux banques de dépôt toute activité purement spéculative, déclare le PDG la Société générale au Figaro.

Frédéric Oudéa, également président de la Fédération bancaire française (FBF), réaffirme toutefois son opposition à la règle Vickers britannique destinée à filialiser les activités des banques de détail pour mieux les protéger, qu'il estime difficilement applicable en France, notamment pour les banques mutualistes.

"Au niveau international, personne n'envisage une séparation complète, un 'découpage' des banques", précise-t-il dans un entretien à paraître mercredi dans le quotidien national. "Cela dit, les banques françaises sont prêtes à ce qu'une règlementation européenne s'inspire de la règle Volcker".

Dans son programme pour l'élection présidentielle, le candidat socialiste François Hollande propose de séparer les activités de dépôts et les activités de marché des banques françaises, à l'image de ce qu'a décidé en fin d'année dernière le Royaume-Uni pour réformer son système bancaire après la crise.

Concernant la crise actuelle, Frédéric Oudéa a estimé que les actions de la Banque centrale européenne, la solution trouvée à la crise grecque et la mise en place de pare-feu européens avaient contribué à apaiser la situation.

"Mais le besoin de réformes reste intact: nous avons simplement gagné le fait d'avoir deux à trois ans pour remettre de l'ordre dans la maison euro", souligne-t-il.

Cyril Altmeyer, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant