Les banques françaises aiment bien les paradis fiscaux

le
5
Les banques françaises aiment bien les paradis fiscaux
Les banques françaises aiment bien les paradis fiscaux

Alors que le G20 en Australie s'apprête à annoncer, les 15 et 16 novembre, des mesures contre l'évasion fiscale qui font perdre chaque année des centaines de milliards d'euros aux pays développés et aux pays en développement et que l'Union européenne est ébranlée par le scandale du « Luxleaks », la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires publie une étude sur les premiers chiffres rendus publics par les banques françaises grâce à la loi bancaire de 2013. Et le constat est édifiant pour les cinq plus grandes banques françaises (BNP-Paribas, Société Générale, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel).

Malgré les annonces officielles sur la fin des paradis fiscaux et le retrait des banques de ces territoires opaques, le nombre de filiales des banques françaises (seule donnée alors disponible) dans ces territoires reste tout sauf anecdotique ou marginal. Actuellement, un tiers des filiales étrangères des 5 plus grandes banques françaises s'y trouvent toujours. Si BNP Paribas en a diminué le nombre par deux entre 2012 et 2014, à l'inverse, la Société Générale a multiplié par trois ses filiales paradisiaques. C'est le Crédit Mutuel qui possède le plus fort taux de filiales étrangères dans les paradis fiscaux.

26 %du chiffre d'affaires des banques françaises

Pour les banques, ces filiales dans les paradis fiscaux sont de bonnes vaches à lait. Elles réalisent 26% du chiffre d'affaires international des grandes banques françaises. Essentiellement en Suisse ou au Luxembourg qui compte 117 filiales et un quart du chiffre d'affaires réalisé dans les paradis fiscaux. «Il existe des territoires opaques, caribéens pour la plupart, dans lesquels les banques ont un faible, voire quasi inexistant, produit net bancaire mais plusieurs filiales», explique l'étude. Et d'ajouter: «Cela peut laisser penser qu'il s'agit essentiellement de conduits qui permettent de profiter des avantages juridiques et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • angel001 le jeudi 13 nov 2014 à 12:31

    Ca va encore nous retomber sur la tronche alors que c'est un phénomène mondial. Mais comme d'hab, la France paiera pour les autres.

  • p.schule le jeudi 13 nov 2014 à 12:16

    Et notre ministre "Macron" il doit savoir non???

  • sidelcr le jeudi 13 nov 2014 à 11:52

    Pas un politique pour aller chercher le blé ou il est , on préfère taxer les petits .

  • mlemonn4 le jeudi 13 nov 2014 à 11:36

    Et tout ces gens, ces soit-disant élites qui sortent à peu près tous de notre bonne chère école de la technocratie française, ont le culot de donner des leçons aux autres! car parmi ces banques, certaines sont un mélange public/privé; La France, le scandale permanent sous toutes ses coutures! Mais combien de temps encore faudra t-il aux Français pour se réveiller etcomprendre qu'ils sont manipulés et spoliés par une bande de privilégiés qui se sont accaparés le pouvoir et l'argent depuis 40ans!

  • Av'DiamS le jeudi 13 nov 2014 à 11:14

    MDR....La France (avec Bercy comme gestionnaire) possède plus de 1'000 filiales (comme ils aiment bien le dire) dans des paradis Fiscaux.....Le Lux & La Suisse ne sont en fait que de la concurrence ...et sur ce point c'est la Suisse qui est la plus Honnête ...