«Les banques doivent faire leur travail»

le
0
INTERVIEW - Thomas Enders, PDG d'Airbus, souhaite que les compagnies aériennes puissent continuer à avoir accès facilement au crédit pour financer leurs achats. Il se montre confiant pour l'avenir: 2011 pourrait être l'une des meilleures années de toute l'histoire de l'avionneur.

Au lendemain de l'effondrement du titre EADS (7,91%), maison mère d'Airbus, en Bourse, Thomas Enders s'explique.

LE FIGARO - Comment analysez-vous la conjoncture économique ? Redoutez-vous une récession ? Une nouvelle crise d'accès au crédit ?

Thomas ENDERS - Soyons clairs: c'est la dette publique à la fois en Europe et aux États-Unis qui agitent les marchés financiers. Et aujourd'hui on commence à craindre que ces problèmes puissent avoir un impact sur l'économie réelle qui, elle, est dans une relative bonne forme. Certaines compagnies aériennes sont en train de réduire leurs surcapacités. Mais à ce stade, en particulier dans notre industrie, nous ne voyons pas de nouvelle récession se profiler.

À court terme, nous sommes inquiets de voir qu'à nouveau l'accès au crédit bancaire pourrait se raréfier, en particulier les financements de long terme émis en dollars par certaines banques européennes. Cependant, les instituts européens sont loin d'être les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant