Les banques devront-elles se cloisonner ou se scinder ?

le
0

(lerevenu.com) - Le panel d'experts animé par le gouverneur de la banque centrale finlandaise, Erkki Liikanen, a conclu son rapport en préconisant non une séparation mais un cloisonnement des activités à risques (tenue de marchés, opérations en compte propre, produits dérivés, etc.) des banques de leurs métiers traditionnels de dépôt. En outre, ce cloisonnement ne serait exigé des banques qu'à partir d'un montant de 15 à 25% du total du bilan en activités à risques, ou 100 milliards d'euros d'exposition.

Dans un entretien au site de Challenge, Christophe Nijdam, analyste chez Alpha Value a estimé que « sur l'échantillon de 38 banques européennes cotées que nous suivons, 17 seraient concernées par cette mesure, dont les quatre françaises » soit Crédit Agricole SA, BNP Paribas, Société Générale et Natixis. L'analyste se montre très sceptique à l'égard de cette proposition : « Plus de 200 banques en 1929 étaient organisées selon le modèle suggéré par Liikanen. Filialiser une activité n'a jamais empêché ladite filiale de prendre trop de risques, l'exemple de Natixis est là pour le prouver, ce qui entrainé le sauvetage par sa maison-mère ».

Après la parution de cet avis d'experts, le commissaire européen aux Services financiers, Michel Barnier, a indiqué mardi lors d'une conférence de presse que ce rapport devrait être diffusé en ligne pour une période de consultation publique de six semaines. A cette même réunion, Erkki Liikanen a déclaré que « les banques auraient besoin d'une période de transition pour mettre en oeuvre les réformes nécessaires si l'UE décidait d'appliquer les recommandations de son rapport ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant