Les banques décidées à prendre le contrôle de la Saur

le
0
Le FSI, actionnaire de la société de gestion de l'eau, s'oppose à ce projet qui réduit insuffisamment sa dette.

Il faut sauver le soldat Saur, le numéro trois français de la gestion de l'eau, asphyxié par une dette devenue beaucoup trop lourde à porter. Mais entre le Fonds stratégique d'investissement (FSI), l'un de ses plus grands actionnaires, et ses créanciers, le ton monte.

Le seul plan de sauvetage abouti qui soit aujourd'hui sur la table est celui présenté le 18 février par les quelque 63 banquiers de la société, explique un proche du dossier. Les 30 principales banques - menées par les trois gros créanciers, BNP Paribas, RBS et BPCE (qui détiennent 53 % de la dette) - projettent de détenir 100 % du capital de Hime, la société mère de Saur. Elles prévoient de conserver le management et le business plan actuels, et de faire évoluer sa gouvernance afin de ne pas intervenir dans la gestion. L'exécutif serait confié à un directoire présidé par l'actuel...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant