Les banques chypriotes restent fermées, les marchés se calment

le
2
LES BANQUES CHYPRIOTES TOUJOURS FERMÉES
LES BANQUES CHYPRIOTES TOUJOURS FERMÉES

par Michele Kambas et Karolina Tagaris

NICOSIE (Reuters) - Toutes les banques de Chypre étaient fermées mardi pour le 11e jour consécutif et leur réouverture, prévue jeudi, sera encadrée par un strict contrôle des mouvements de fonds pour éviter une fuite des capitaux et une panique des épargnants après l'accord sur le renflouement du pays.

Celui prévoit en effet la fermeture définitive de Cyprus Popular Bank, avec à la clé une lourde taxation des dépôts non-garantis, c'est à dire supérieurs à 100.000 euros, pour payer les dettes et renforcer les fonds propres.

Le ministre des Finances, Michael Sarris, a déclaré mardi que les plus gros clients des banques pourraient perdre environ 40% de leurs dépôts.

Le président de la République, Nicos Anastasiades, a reconnu lundi soir à son retour à Nicosie que l'accord était "douloureux" mais assuré qu'il s'agissait du meilleur compromis possible dans les circonstances actuelles.

La banque centrale chypriote, elle, a annoncé en fin de soirée que les banques resteraient fermées deux jours de plus, alors que certaines d'entre elles étaient censées rouvrir dès ce mardi.

Les conditions exactes de l'encadrement des mouvements de capitaux - "très temporaire" selon Nicos Anastasiades - ne sont pas encore clairement définies.

Mais il est certain qu'elles iront à l'encontre du principe de libre circulation en vigueur dans l'Union européenne, une entorse nécessaire pour éviter un éventuel mouvement de panique et de ruée sur les guichets bancaires, qui ajouterait encore aux difficultés du pays.

Le plan adopté à Bruxelles dans la nuit de dimanche à lundi prévoit, dans le cadre du démantèlement de Cyprus Popular Bank (Laiki), le transfert à Bank of Cyprus des dépôts inférieurs à 100.000 euros et le confinement des actifs non-garantis dans une "bad bank".

DIJSSELBLOEM CRITIQUÉ PAR LA BCE

Tirant les conséquences de ces décisions, Fitch Ratings a dégradé mardi les notes de Laiki et Bank of Cyprus respectivement de B à D ("default", la note la plus basse de son barème) et de B à RD ("restricted default").

Les Bourses européennes étaient en légère hausse en début de séance mardi mais l'euro restait affaibli, autour de 1,2870 dollar.

Vers 9h00 GMT, l'indice EuroStoxx 50 gagnait 0,37%, la Bourse de Paris 0,58% et celle de Francfort 0,25%.

D'abord soulagés par l'accord de Bruxelles, les marchés avaient mal réagi lundi après-midi aux déclarations de Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, laissant entendre que le mécanisme de "bail in" appliqué à Chypre, qui consiste à faire payer le sauvetage des banques par leurs actionnaires, leurs créanciers et leurs dépositaires, pourrait servir de référence à l'avenir pour d'autres pays.

Un point de vue que ses services se sont efforcé de corriger et qui lui valait des critiques explicites mardi.

"Je pense que M. Dijsselbloem a eu tort de dire ce qu'il a dit", a ainsi déclaré Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), sur Europe 1.

"L'expérience de Chypre n'est pas un modèle pour le reste de la zone euro (...) Aucun pays ne présente la même concentration de problème que Chypre", a-t-il ajouté en parlant d'un Etat en "banqueroute".

Les dépôts dans les banques chypriotes représentent environ 68 milliards d'euros - pour une population de 860.000 habitants - dont 38 milliards sur des comptes dont le solde dépasse 100.000 euros.

Avec Yann Le Guernigou à Paris, Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Karama7 le mardi 26 mar 2013 à 11:43

    Vivement l'ouverture ...

  • M8043631 le mardi 26 mar 2013 à 10:56

    Le monsieur dit seul blême avait bu. En attendant les banques cypriotes ne sont pas toutes fermées je peux même vous affirmer qu'à Londres elles n'ont jamais fermées sauf l'habituel week-end. et Swift n'a pas reçu d'ordre de blocage. L'Europe est mené par des jm'en mets plein les poches du non fiscalisé et que ça dure.

Partenaires Taux