Les banques centrales prêtes à parer une tempête grecque

le
0

WASHINGTON (Reuters) - Les banques centrales des principales puissances économiques mondiales se tiennent prêtes à stabiliser les marchés et à prévenir tout assèchement du crédit si le résultat des élections législatives en Grèce dimanche déclenchent une tempête sur les places financières, ont dit à Reuters des sources du G20.

Un responsable américain a toutefois ajouté que le scrutin grec ne constituera pas "le signal définitif de ce qui passera ensuite" dans la crise de la dette de la zone euro.

Mais si des tensions de marchés apparaissent à la suite de la coïncidence de trois scrutins organisés ce week-end - aux législatives grecques, il faut ajouter le second tour des françaises et le second tour des présidentielles égyptiennes - les banquiers centraux se tiennent prêts à faire en sorte qu'il y a suffisamment de liquidités en circulation dans le système financier.

"Les banques centrales se préparent à une action coordonnée pour fournir des liquidités", a dit un conseiller haut placé d'un pays du G20.

Une éventuelle décision des banques centrales d'agir interviendrait juste avant un sommet du G20 à Los Cabos, au Mexique, lundi et mardi.

Wall Street a accentué ses gains après l'information d'une action concertée des banques centrales, tout comme l'euro.

Deux responsables de la zone euro ont de leur côté déclaré que les ministres des Finances de la zone euro se concerteront dès dimanche par visioconférence pour débattre du résultat des élections législatives en Grèce susceptibles d'entraîner une sortie du pays de la zone euro.

Le duel s'annonce serré entre la Coalition de la gauche radicale (Syriza) d'Alexis Tsipras et les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND) emmenés par Antonis Samaras lors des législatives grecques de dimanche.

De Tokyo à Zurich en passant par Pékin, les autorités politiques et monétaires du monde entier se préparent à protéger leur monnaie et leur économie d'une tempête financière dans le cas où le résultats des élections grecques de dimanche déclenchait un mouvement de sauve-qui-peut des investisseurs hors de la zone euro.

Stella Dawson et Lesley Wroughton, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant