Les banques allemandes ont besoin de 9,6 milliards d'euros

le
0

par Philipp Halstrick et Alexander Hübner

BERLIN (Reuters) - Les banques allemandes devront trouver 9,6 milliards d'euros d'ici la mi-2012 pour respecter les objectifs de fonds propres fixés par l'Union européenne, a-t-on appris vendredi de sources bancaires et réglementaires.

L'Autorité bancaire européenne (ABE), s'appuyant sur les résultats de la deuxième vague de tests de résistance ("stress tests") à laquelle elle a soumis 70 établissements bancaires de l'Union, doit publier la semaine prochaine le montant de capitaux propres que chacun d'entre eux devra lever, et les modalités de l'exercice.

Des estimations initiales chiffraient ce montant à 106 milliards d'euros. Pour l'instant, l'ABE s'en est tenue à un objectif de ratio de fonds propres de 9% et à l'échéance de la mi-2012, en dépit des appels des banques à assouplir ces règles.

Les nouvelles exigences de l'ABE seront rendues publiques quelques jours seulement avant un sommet crucial des chefs d'Etat et gouvernement de l'Union européenne une nouvelle fois dominé par la crise de la dette.

Prenant les devants, plusieurs grandes banques européennes ont engagé des plans de cessions d'actifs et de renforcement de leur bilan pour atteindre le seuil de 9% de fonds propres "Tier 1" sur lequel se sont mis d'accord les ministres des Finances de l'Union.

Mais les lobbyistes du secteur plaident régulièrement pour un assouplissement des critères de solvabilité, en mettant en garde contre un risque de raréfaction du crédit préjudiciable à l'activité économique.

CINQ MILLIARDS POUR COMMERZBANK

Les besoins de capitaux supplémentaires des cinq banques allemandes concernées (Commerzbank, Deutsche Bank, LBBW , NordLB et DZ Bank) sont désormais estimés à une dizaine de milliards d'euros, ont précisé plusieurs sources.

Ce nouveau chiffre est supérieur à celui de 5,2 milliards avancé en octobre mais n'atteint pas les estimations les plus élevées évoquées ces dernières semaines en cas de durcissement des critères des tests.

Commerzbank devrait à elle seule devoir lever environ cinq milliards d'euros, avaient déclaré auparavant à Reuters des sources proches de la banque.

Les montants finaux pourraient toutefois dépendre de la décision de l'ABE sur la prise en compte ou pas de la dette "hybride" pour renforcer les bilans.

Le président de l'Autorité, Andrea Enria, a demandé aux banques de soumettre avant Noël à leur autorité de tutelle nationale un projet détaillé de renforcement de leurs fonds propres.

Les banques allemandes - qu'elles soient privées, publiques ou coopératives - lui ont adressé une lettre commune pour lui demander un délai supplémentaire, en suggérant la date du 13 janvier.

Dans sa réponse écrite aux banques, Andrea Enria se dit prêt à repousser la date butoir.

En France, les trois principaux acteurs du secteur, BNP Paribas, la Société générale et le Crédit agricole, ont présenté ces derniers mois des plans de réduction de leur bilan et de renforcement de leurs fonds propres.

Les principales banques britanniques ne sont pas forcées de lever des capitaux supplémentaires mais la Banque d'Angleterre les a fortement incitées à le faire jeudi, en déclarant qu'elles devaient saisir la moindre opportunité de renforcer leurs fonds propres en guise d'"assurance" contre la crise de la zone euro.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant