Les banques à la peine sur les marchés

le
0
Le niveau de risque que l'Europe fait peser sur les établissements bancaires reste difficile à apprécier et décourage les investisseurs.

Les banques européennes subissent depuis le début de l'année les conséquences des atermoiements de l'Europe sur les modalités de résolution de ses crises bancaires. Car, en attendant de savoir à quelle sauce ils seraient mangés en cas de faillite ou de restructuration bancaire, les investisseurs préfèrent s'abstenir. «Il y a déjà une crise de liquidités ou, à tout le moins, une réelle envolée des coûts de financement des établissements», relève Patrick Artus, chef économiste de Natixis. Au premier semestre 2013, les emprunts réalisés par les banques du Vieux Continent sur les marchés financiers ont ainsi atteint un point bas. Selon les statistiques de Dealogic, les banques européennes n'ont levé que 158 milliards d'euros de dette senior depuis le début de l'année (soit 17 % de moins que l'an dernier). Du jamais-vu depuis 2002...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant