Les Balkans pourraient se coordonner contre le trafic d'armes

le
0
    SARAJEVO, 7 décembre (Reuters) - Les pays des Balkans 
occidentaux envisagent de se coordonner contre le trafic 
d'armes, ont fait savoir lundi plusieurs ministres réunis à 
Sarajevo pour une conférence sur la sécurité. 
    Le projet est motivé notamment par le fait qu'une partie des 
fusils d'assaut utilisés par les auteurs des attentats du 13 
novembre en France ont été produites en Serbie.  ID:nL8N13O007  
    Selon le ministre bosnien de la Sécurité, Dragan Mektic, la 
France a proposé aux pays de la région, qui regroupe l'Albanie 
et l'ancienne Yougoslavie, d'unir leurs forces contre ce 
phénomène. 
    "Ces armes sont de plus en plus utilisées dans des attaques 
terroristes, et nos collègues français ont proposé de former un 
réseau d'experts dans les Balkans occidentaux afin de réprimer 
les trafiquants", a déclaré Dragan Mektic.  
    Ce réseau serait ouvert aux pays de la région déjà membres 
de l'Union européenne, ce qui est le cas de la Croatie et de la 
Slovénie.  
    Le ministre serbe de l'Intérieur, Nebojsa Stefanovic, a 
déclaré que Belgrade avait coopéré avec la France pour enquêter 
sur l'origine des armes utilisées dans les attentats de Paris et 
Saint-Denis, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés. 
    "L'enquête doit montrer, quelle que soit la provenance des 
armes, comment elles sont arrivées là, qui étaient les individus 
qui ont fait partie de cette chaîne", a-t-il dit.  
    Si un accord de principe a été conclu par les participants à 
la réunion, les modalités de la création d'un tel réseau n'ont 
pas encore été examinées.  
    "L'initiative est très importante, non seulement pour la 
sécurité de l'Europe occidentale mais aussi pour la sécurité de 
nos propres pays, où nous devrions oeuvrer à une totale 
désescalade et tenter de saisir le maximum d'armes illégales", a 
estimé Nebojsa Stefanovic.  
     
    VOIR AUSSI:  
    ENQUETE-Les Balkans au coeur du trafic d'armes en Europe 
 ID:nL8N13O02Y  
 
 (Daria Sito-Sucic; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant