Les avions US défendront les rebelles syriens formés par les USA

le
0

par Phil Stewart WASHINGTON, 3 août (Reuters) - Les Etats-Unis ont décidé d'autoriser les frappes aériennes pour défendre les rebelles syriens formés par l'armée américaine même dans le cas où les attaquants seraient issus des forces loyales au président syrien Bachar al Assad, ont confirmé dimanche des responsables américains sous le sceau de l'anonymat. La décision a été prise par le président Barack Obama. Dans la guerre civile syrienne, l'Etat islamique, cible officielle des Etats-Unis, n'est pas la seule menace pour les recrues formées par Washington. Un premier groupe de recrues, déployé dans le nord de la Syrie, a été attaqué vendredi par d'autres groupes, ce qui a déclenché les premières frappes aériennes américaines visant à les soutenir. Les responsables américains, qui ont confirmé une information révélée par le Wall Street Journal, ont précisé que les Etats-Unis mèneraient des frappes offensives pour appuyer les avancées réalisées contre l'Etat islamique et un soutien défensif pour repousser les assaillants, quels qu'ils soient. Ni le Pentagone ni la Maison blanche n'ont voulu confirmer les informations données par les responsables américains. Alistair Baskey, le porte-parole du Conseil à la sécurité nationale de la Maison blanche, a indiqué que seules les forces entraînées par les Etats-Unis recevraient un soutien global, y compris "un soutien en tirs de riposte pour les protéger", faisant allusion aux frappes de vendredi. FRONTS MULTIPLES "Nous n'entrerons pas dans le détail de nos règles d'engagement, mais nous avons toujours dit que nous prendrions les mesures nécessaires pour faire en sorte que ces forces puissent mener leur mission avec succès", a déclaré Baskey. La porte-parole du Pentagone Elissa Smith a elle aussi refusé de répondre, se bornant à rappeler que le programme militaire américain est "avant tout" centré sur la lutte contre les djihadistes de l'EI. "Nous reconnaissons toutefois qu'une grande partie de ces groupes combattent désormais sur des fronts multiples, y compris contre le régime d'Assad, l'Etat islamique et d'autres terroristes", a déclaré Elissa Smith. Lancé en mai, le programme de l'armée américaine vise à former 5.400 combattants par an. Il a commencé avec difficulté. De nombreux candidats n'ont pas été retenus. Il y a également eu un certain nombre d'abandons. La branche syrienne d'Al Qaïda, le Front al Nosra, est soupçonnée d'être derrière l'attaque de vendredi qui a eu lieu contre un site qui était aussi utilisé par des membres de la "Division 30", un groupe insurgé favorable aux occidentaux. Les recrues formées par les Etats-unis proviennent en général de la "Division 30". Le Front al Nosra a revendiqué la semaine dernière l'enlèvement du chef de la Division 30, mais, selon des responsables américains, ce dernier n'a pas été formé par l'armée américaine. La banche syrienne d'Al Qaïda est réputée pour avoir écrasé les groupes rebelles ayant reçu un soutien de l'Occident, notamment le groupe Hazzm, qui a disparu cette année. (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant