Les avancées de la télémédecine

le
0
La télémédecine est officiellement autorisée en France. Le système permet d'assurer un suivi continu des soins et de mettre des spécialistes à portée de tous les patients. Mais sa mise en place ne sera pas aisée.

«Comment ça va ce matin? » Au service de néphrologie du centre hospitalier de Saint-Brieuc, le Dr Françoise Leonetti interroge Fabien T., atteint d'insuffisance rénale. L'homme allongé sur un lit à côté d'un générateur est en cours de dialyse. Il répond d'un sourire. Rien que de très habituel, sauf que le Dr Leonetti, blouse blanche de rigueur, est équipée d'un casque avec écouteurs et micro, et mène sa consultation par l'entremise d'une caméra et d'un écran vidéo. La dialyse est effectuée par une infirmière, sous son contrôle, à l'unité de dialyse médicalisée de Lannion, qui se trouve à 75 kilomètres de Saint-Brieuc.

Le Dr Leonetti fait face à quatre écrans informatiques. Un simple zapping lui permet de voir l'ensemble du centre de Lannion ou de zoomer sur le bras ou les chevilles de son patient. Elle peut ainsi vérifier la mise en place du cathéter ou le bon état de la fistule artérioveineuse, tout en disposant en temps réel des données du traite

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant