«Les autorités ont voulu éviter une autre affaire Merah»

le
0
INTERVIEW - L'avocat de Kristian Vikernes, ce Norvégien interpellé mardi en Corrèze pour soupçons d'action terroriste et remis en liberté jeudi sans qu'aucune charge n'a été retenue contre lui à ce sujet, estime que son client a été victime d'un principe de précaution. » Le néonazi Kristian Vikernes laissé libre

Le Figaro. - La garde à vue de Kristian Vikernes était-elle nécessaire?

Me Julien Freyssinet -Mon client a passé 60 heures en garde à vue. C'est une garde à vue pour rien! La Justice française a appliqué le principe de précaution. En gros, mieux vaut prévenir que guérir. C'est ce qui a commandé ce dossier depuis le début. Mon client, Norvégien, a été présenté comme un «mini» Brevik depuis le début par les policiers du Renseignement intérieur. On a essayé de lui coller cette image dès le début de sa surveillance, il y a quelques mois, sur le sol français.

- Vous dites «principe de précautio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant