Les autorités juives jugent clos l'"incident" avec Fillon

le
12
LES DIFFÉRENTS MODES D'ABATTAGE DES ANIMAUX
LES DIFFÉRENTS MODES D'ABATTAGE DES ANIMAUX

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Les représentants de la communauté juive de France ont accepté mercredi les explications de François Fillon après les propos controversés du Premier ministre sur l'inadéquation, à ses yeux, des traditions d'abattage rituel avec le monde moderne.

Ils ont en revanche exprimé leur "inquiétude" au sujet de la proposition, évoquée samedi par Nicolas Sarkozy, d'étiqueter les viandes selon les méthodes d'abattage, rituelles ou non.

"Le Premier ministre a parfaitement expliqué d'abord qu'il comprenait que nous ayons été heurtés. Il a réexpliqué de façon très claire qu'il n'était pas question de remettre en cause l'abattage rituel en France", a déclaré à la presse le président du Consistoire central Joël Mergui à la suite d'un entretien d'un peu plus d'une heure avec François Fillon. "Sur ces propos, l'incident est clos", a-t-il ajouté.

"Il s'est défendu d'avoir voulu nous blesser, il s'est défendu d'avoir voulu viser la religion et la communauté juive", a renchéri le grand rabbin de France Gilles Bernheim.

Jeudi, François Fillon recevra Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris et le président du Conseil français du culte musulman, Mohammed Moussaoui.

Il avait suscité lundi la "stupéfaction" du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) par ses déclarations controversées sur l'abattage rituel par égorgement, kasher (juif) ou halal (musulman).

"Je pense que les religions devraient réfléchir au maintien de traditions qui n'ont plus grand-chose à voir avec l'état aujourd'hui de la science, l'état de la technologie, les problèmes de santé", avait dit le Premier ministre sur Europe 1.

"FORME DE STIGMATISATION"

Mais Joël Mergui et Gilles Bernheim ont dit voir dans la suggestion du chef de l'État d'étiqueter les viandes un "revirement brutal". Jusque-là, le gouvernement travaillait plutôt à une régulation des conditions d'abattage.

À partir du 1er juillet 2012, date d'entrée en vigueur d'un décret sur le sujet, les abattoirs ne pourront procéder aux abattages rituels que s'ils ont reçu une autorisation préalable de l'État et s'ils peuvent prouver via un système de "bons de commande" que cette production répond à une demande commerciale.

Interrogé sur l'étiquetage en février, le ministre de l'agriculture Bruno Le Maire avait d'ailleurs estimé que cette question relevait de la réglementation européenne et que le nouveau décret allait traiter le problème en amont.

"Notre inquiétude porte sur le fait que l'on s'attache à une parfaite traçabilité mais sur les seuls moments religieux qui interviennent dans la vie de l'animal (...) alors que sur le reste, que ce soit la castration, que ce soit le transport des animaux, que ce soit le mode de vie des animaux, nul ne demande quoi que ce soit", a déclaré le grand rabbin de France.

"(L'étiquetage) est une forme de stigmatisation, qui rend la vie plus chère et qui de ce fait peut suggérer à terme que certains rites religieux conduisent à une forme de taxation, donc à plus de difficultés à vivre en France. C'est la question du vivre ensemble qui est en jeu", a-t-il ajouté.

Mohammed Moussaoui a jugé lundi la proposition d'étiquetage du halal "stigmatisante" pour les musulmans.

Gilles Bernheim et Joël Mergui devaient être reçus ce mercredi après-midi par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. Cet entretien devrait aborder plus directement la question de l'étiquetage des viandes.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • disrael1 le mercredi 7 mar 2012 à 20:20

    Chatnour: on sent le petit rageux inculte et stupide....l'electeur type de Marine...

  • disrael1 le mercredi 7 mar 2012 à 20:18

    Ouessan répète la même chose sur tous les forums, on a le droit au vocabulaire stéréotypé des néonazes du FN: UMPS, dictature socialo....C'est marrant j'aurai pensé qu'un retour à l'occupation ne t'aurai pas dérangé...einh dis le collabo?

  • chatnour le mercredi 7 mar 2012 à 18:24

    BOYCOTTONS CES ABATTOIRS (et non pas LABORATOIRES°) ... JUSQU'A CE QUE TOUT SOIT ETIQUETE !Excusez-moi pour ces fautes !

  • chatnour le mercredi 7 mar 2012 à 18:20

    "Incident clos" ? lire Bourso 16h47 : "Plus de la moitié des bovins, ovins et caprins tués en France le sont suivant un mode d'abattage "rituel", halal ou casher, indique un rapport du ministère de l'Agriculture de novembre 2011 dont Le Point.fr publie des extraits." INCIDENT PAS CLOS DU TOUT ! BOYCOTTONS CES LABORATOIRES BASSEMENT MERCANTILES QUI NOUS IMPOSENT SANS INFORMATION DDE B.OUFFER DE LA M.ERDE et MANGEONS DU PORC ET DU POISSON JUSQU'A TOUT SOIT ETIQUETE !

  • dhote le mercredi 7 mar 2012 à 17:18

    Quand vous vous rendez dans un pays musulman ou juif avez vous le choix du mode d'abattage? Je trouve qu'on en fait trop. La Maire de Lille qui a déjà pris des initiatives avec les piscines pour femmes devrait bien se prononcer sur ce sujet et Hollande également et non pas dire "évitons de stigmatiser, de la retenue..."

  • M4841131 le mercredi 7 mar 2012 à 17:13

    faut tout les renvoyer hors de france depuis le temps qu'ils nous font c.ier

  • M4220692 le mercredi 7 mar 2012 à 16:55

    Je ne croire pas que les dieux souhaitent au l'abattage rituel par égorgement, kasher (juif) ou halal (musulman)ou Catholique ou Boutisme . Mais, l'homme, la politique, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant l'utilise pour récolter les voies électorales.

  • chatnour le mercredi 7 mar 2012 à 16:49

    "(L'étiquetage) est une forme de stigmatisation" ? Désolé mais pour nous, le non-étiquetage en est une autre bien pire depuis que ce reportage nous a appris tout ce qu'il nous a révélé !

  • chatnour le mercredi 7 mar 2012 à 16:47

    Ces autorités n'ont jamais été concernées car, contrairement à ce qu'en ont "récupéré" les politiques ou folliculaires qui y avaient intérêt, ce n'est pas MLP qui a porté le "P" mais le reportage d'"Envoyé Spécial" sur la 2 ; on peut penser qu'il n'avait pas été fait pour "arranger" MLP ni pour "déranger" les autorités juives ni musulmanes mais bien les abattoirs dont la seule préoccupation est mercantile. On n'a qu'à plus manger que du porc et du poisson jusqu'à un étiquetage totalement clair

  • M6437502 le mercredi 7 mar 2012 à 16:41

    Les juifs et les musulmans ont pris l'habitude de faire ce qui leur plait puisqu'aucune autorité ne fait respecter la loi.Et en plus ils s'estiment "stigmatisés"!Il s'agit surtout de concurrence déloyale pour les abattoirs qui respectent le processus légal,donc des frais.Et nous avons le droit de savoir si la loi est respectée.S'ils ne sont pas contents,qu'ils partent.Les juifs ont un pays et les musulmans n'ont que l'embarras du choix.