Les Australiens ont élu le «moine fou»

le
4
Les Australiens ont élu le «moine fou»
Les Australiens ont élu le «moine fou»

Misogyne, homophobe, macho et gaffeur... C'est pourtant lui, Tony Abbott, 55 ans, leader du parti libéral (conservateur), que les Australiens se sont choisis dans la nuit de vendredi à samedi comme Premier ministre. Avec 88% des voix comptabilisées, la coalition menée par Abbott menait très largement avec 89 sièges à la Chambre des représentants contre 56 aux travaillistes, selon la Commission électorale australienne.

Autrefois surnommé «le moine fou», Tony Abbott s'est appliqué à polir son image et à tenir sa langue pour accéder au pouvoir. Cet ancien séminariste catholique, monarchiste ? Elizabeth d'Angleterre est le chef d'Etat de l'Australie qui est membre du Commonwealth ? et opposant au mariage gay, est réputé pour son franc-parler.

Amateur de boxe, il appartient à un groupe de pompiers volontaires pendant la saison des feux de brousse, à une équipe de sauveteurs sur les plages proches de sa maison dans le nord de Sydney et n'hésite pas à poser pour les photographes vêtu de son short de cycliste moulant en lycra.

Attribuer à l'homme le réchauffement climatique,

une «connerie absolue» selon lui

Ses façons d'Australien macho et sans complexe lui ont parfois causé du tort. Il avait qualifié de «connerie absolue» l'argument de la communauté scientifique qui attribue à l'action de l'homme le réchauffement climatique. Et accusé Julia Gillard, ancienne chef du gouvernement australien travailliste, d'avoir «un sourire mange-merde», avant de s'excuser platement devant le tollé provoqué.

Pour adoucir son image, le dirigeant conservateur pose avec sa femme et ses trois filles âgées d'une vingtaine d'années et évoque ses liens avec sa soeur homosexuelle. Tout en soulignant qu'il est fermement opposé au mariage entre personnes du même sexe.

A propos de ses gaffes, qui lui ont souvent attiré les railleries de ses opposants, il déclarait en début d'année : «J'ai certainement dit des choses que je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mbaron12 le vendredi 20 sept 2013 à 18:54

    Les Australiens ont le droit de faire ce qu'ils veulent chez eux ./

  • jfvl le samedi 7 sept 2013 à 19:02

    Un jugement de journaliste parisien bobo qui prend les australiens pour des attardés mentaux.

  • pierry5 le samedi 7 sept 2013 à 18:48

    Ca a l'air d'être Berlu en plus jeune

  • janaliz le samedi 7 sept 2013 à 17:42

    On a bien un pingouin fou...