Les Australiens aux urnes, Turnbull espère une majorité stable

le
0
    par Matt Siegel 
    SYDNEY, 2 juillet (Reuters) - Les Australiens sont appelés 
aux urnes ce samedi pour des élections anticipées convoquées par 
le Premier ministre Malcolm Turnbull, et ce dernier a prévenu 
que s'il ne remporte pas la majorité nécessaire pour mener des 
réformes, le pays sera menacé d'un chaos économique. 
    Le chef de la coalition conservatrice a déclenché l'élection 
en mai après avoir dissous les deux chambres du Parlement, 
fustigeant l'intransigeance des sénateurs indépendants qui 
bloquaient son programme de réformes. 
    Vendredi, les derniers sondages laissent entrevoir que les 
Australiens pourraient élire une Chambre haute encore moins 
acquise à sa cause.  
    Le dernier sondage des publications News Corp Australia 
donne à la coalition sortante une courte avance. Interrogés sur 
l'alternative conservateurs/travailliste (gauche), les sondés 
choisissent à 50,5% la coalition sortante, contre 49,5% pour le 
Labour. 
    Le Premier ministre a expliqué vendredi que les petits 
partis, susceptibles de former une coalition avec les 
travaillistes, n'étaient pas à même de gérer une économie 
affectée par le premier ralentissement du secteur minier en des 
décennies, et d'assainir des finances publiques déficitaires 
depuis des années. 
    Il juge en outre que l'incertitude créée par la victoire du 
Brexit au référendum du 23 juin au Royaume-Uni, est une autre 
raison pour choisir un gouvernement stable. 
    "L'alternative, c'est le chaos, l'incertitude, des 
dysfonctionnements, des déficits plus élevés, une dette plus 
élevée, des taxes plus élevées, moins d'investissement, moins 
d'emplois", a-t-il énuméré à la chaîne de télévision Channel 7. 
    Sa coalition devra faire face à une forte opposition du 
Labour, des indépendants et des petits partis comme les Verts, 
qui pourraient ensemble remporter suffisamment de sièges pour 
assurer l'alternance au Sénat, ou rendre le gouvernement 
minoritaire à la Chambre des représentants. 
     
    PERCÉE CENTRISTE ? 
    Le chef du Labour Bill Shorten a fait campagne vendredi dans 
la banlieue ouest de Sydney, zone clé de l'élection où les 
résidents pourraient faire pencher la balance vers un camp ou 
l'autre. Shorten a axé son programme sur des politiques 
d'éducation et de santé. 
    "Les coupes (budgétaires) sont sévères et elles sont 
réelles", a-t-il dit à des journalistes samedi matin, en 
référence à la politique de santé des conservateurs.  
    Le sénateur centriste de l'Australie du Sud, l'indépendant 
Nick Xenophon, est susceptible de sortir renforcé du scrutin, 
ainsi que ses 50 candidats. 
    "C'est dans l'intérêt national (...) de gérer les problèmes 
du secteur manufacturier", a-t-il dit à des journalistes dans sa 
circonscription, l'une des plus faibles du pays économiquement. 
    "Nous seront confrontés à tsunami de destruction d'emplois 
d'ici la fin de l'année prochaine, quand l'industrie automobile 
fermera dans notre pays", a-t-il dit.  
    Les partis d'extrême-droite, et notamment le rassemblement 
One Nation de Pauline Hanson, ont fait campagne contre 
l'immigration, et contre les musulmans. Hanson pourrait emporter 
un siège au Sénat. 
     Malcolm Turnbull avait ravi en septembre les commandes du 
Parti libéral à Tony Abbott à l'issue d'un vote interne, et par 
là-même celles du gouvernement. L'Australie en est à son 
cinquième Premier ministre en huit ans et compte trois 
limogeages de chefs de gouvernement depuis 2010.   
    Les bureaux de vote ont ouvert samedi à 08h00 et fermeront à 
18h00 heure locale. Les premiers résultats des bureaux de vote 
de l'est du pays sont attendus dès 19h00 (09h00 GMT) et l'issue 
du scrutin pourrait être connue au plus tôt entre 20h00 et 
21h00. 
 
 (Julie Carriat pour le service français, édité par Henri-Pierre 
André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant